Analyses Format WEB  (19)

Période estivale : quel été pour les franchisés ?

, par Eve Mennesson

Après un hiver morose et un printemps en demi-teinte, l’été 2021 sera certainement chargé pour la plupart des franchisés. Une bonne nouvelle, à condition de bien s’y préparer, que ce soit au niveau des équipes mais aussi des stocks.

Comment va se dérouler l’été 2021 pour les franchisés ? Au moment où nous écrivons cet article, tous les voyants semblent au vert : les magasins, restaurants et salles de sport et loisirs ont pu rouvrir leurs portes, le couvre-feu a été levé et, surtout, les contaminations et hospitalisations affichent une forte baisse. Autant d’éléments qui poussent à l’optimisme. Même s’il subsiste quelques incertitudes : est-ce que les Français vont passer leur été en France, comme l’année dernière ? Vont-ils avoir envie de consommer ? Les touristes étrangers seront-ils de retour ? Les variants (notamment le variant Delta) vont-ils faire repartir les contaminations à la hausse ? Pour autant, les réseaux espèrent un été sous le signe d’un retour à la normale, voire d’une hausse de la consommation, après les longs mois de restrictions. Il s’agit donc de se préparer à un été chargé, aussi bien au niveau du personnel que des stocks.

À LIRE AUSSI : Comment gérer la faible activité pendant la période estivale ?

Difficultés d’approvisionnement

Bien sûr, des différences sont à noter d’un secteur à l’autre. “Certains secteurs vont au contraire devoir reprendre leur souffle, freiner un peu pour retrouver de l’énergie”, pointe Sylvain Bartolomeu, directeur associé du cabinet Franchise Management. En effet, certains domaines, comme la restauration rapide ou les enseignes de matériel high tech, ont surfé sur la crise et vont devoir trouver des solutions pour conserver leurs équipes motivées après des mois intenses. Au sein du réseau La Mie Câline, par exemple, après une activité soutenue en début d’année, la tendance est toujours à la hausse, avec un mois de juin à + 10 % par rapport à 2019. Mais la fatigue commence à se faire ressentir.

Nous avons conduit une évaluation qui a révélé que nos franchisés sont stressés et fatigués. Nous les incitons à prendre des vacances et à ne pas lésiner sur la main d’œuvre”, rapporte David Giraudeau, directeur général de La Mie Câline.

En effet, étant donnée l’incertitude de la période, les franchisés ont préféré opté pour une masse salariale resserrée ; il est donc temps de réembaucher.

À LIRE AUSSI : Hôtellerie-restauration : qui se taille la part du lion cet été ? 

Gestion des stocks

Autre petit nuage : l’inflation sur les matières premières, notamment sur les produits laitiers et céréaliers, qui risque de se répercuter sur les prix de vente. Car ces secteurs qui n’ont pas connu de baisse lors des périodes de confinement font face à d’autres problématiques, dues à la forte demande : une hausse des prix, mais aussi des difficultés d’approvisionnement. C’est notamment le cas des réseaux spécialisés dans les vélos, comme Cyclable.

La gestion des stocks est la plus grosse difficulté à laquelle nous devons faire face”, reconnaît Martin Paviet, franchisé Cyclable à Annecy (74). 

“Il peut se passer 6 mois, voire un an, avant de recevoir des pièces détachées ou des vélos que l’on a commandés”, poursuit Benjamin Camuset, responsable développement de Cyclable. Le maître-mot est ici l’anticipation : “Nous avons toujours travaillé en pré-commande, avec beaucoup de stocks. Cela est possible parce que nous proposons surtout des vélos citadins, moins millésimés : le risque que le stock se déprécie est moindre que sur du vélo sportif”, explique Martin Paviet. Cette anticipation est fortement recommandée par le franchiseur qui, de son côté, commande aussi régulièrement des pièces détachées et des vélos pour en avoir toujours en stock et satisfaire les demandes des clients.

À LIRE AUSSI : Devenir franchisé : se lancer en temps de crise

Réactivité

Au-delà de l’anticipation, Laurent Delafontaine, dirigeant et co-fondateur du cabinet Axe Réseaux, recommande de faire preuve de réactivité. “Il faut être débrouillard , malin. C’est là que se situe la différence entre un bon commerçant et un franchisé qui se repose entièrement sur son franchiseur”, analyse-t-il. Il conseille, par exemple, de se tourner vers un autre fournisseur si celui auprès duquel on s’approvisionne habituellement est en rupture de stock. Cette pénurie a également touché d’autres secteurs, comme ceux de la rénovation ou de la piscine. Pour Sylvain Bartolomeu, les franchisés œuvrant dans ce domaine vont devoir tout mettre en œuvre cet été pour enfin assurer les commandes mais aussi limiter l’insatisfaction client.

À LIRE AUSSI : Se lancer dans un secteur saisonnier : soyez prévoyant pour minimiser les risques 

Faire redémarrer les équipes

L’été sera surtout chargé pour les franchisés des secteurs qui ont rouvert leurs portes récemment, comme la restauration traditionnelle, les magasins de textile ou encore les salles de sport. “Pour ces secteurs, la remise en activité ne va pas toujours être simple, notamment vis-à-vis des équipes qui ont été mises sous cloche et qui vont devoir redémarrer fort”, met en garde Sylvain Bartolomeu. En effet, les Français vont certainement avoir envie de se faire plaisir lors de cet été 2021 : ils vont aller au restaurant, se remettre au sport, s’acheter des vêtements… “Notre nombre d’abonnements de juin est supérieur à celui de septembre”, souligne Georgia Cadudal, directrice générale de Fitness Park. Les franchisés et leurs équipes vont donc devoir répondre présents ! “Nous pensons que les mois de juillet et août vont être très chargés, encore plus qu’avant la Covid-19. Même si nos franchisés sont habitués à ces moments très forts, nous les avons quand même prévenus et conseillés de bien se préparer, notamment en termes de personnel”, raconte Pierre de Wulf, co-dirigeant de Stratto, réseau de restauration rapide situé principalement sur les aires d’autoroute.

À LIRE AUSSI : 5 conseils pour lancer un commerce en famille

Pédagogie

Laurent Delafontaine incite surtout à s’assurer que le personnel est toujours présent, qu’il n’a pas trouvé une place dans un secteur non touché par les fermetures et qu’il est prêt à reprendre le travail. “Sinon, l’été se déroulera en demi-teinte”, s’inquiète-t-il. Chez Fitness Park, Georgia Cadudal rapporte que de nombreux employés ont souhaité changer de secteur et que l’enthousiasme des équipes n’est pas toujours au rendez-vous.

La réouverture a été compliquée d’un point de vue managérial. Mais retrouver les clients, renouer avec leur passion ont permis aux salariés de repartir”, indique-t-elle.

Elle pense que cet engouement retrouvé se prolongera cet été et surtout à la rentrée, qui est une grosse période pour les salles de sports. Jean-Luc Cohen, co-fondateur et associé de Framboise Consulting, met également en garde sur le respect des gestes barrière. “Les clients vont, comme l’été dernier, penser que la Covid-19 est terminée et oublier le masque, la distanciation physique… Le plus dur va être de gérer ce relâchement sans pour autant faire fuir les clients”, pense-t-il. Il ne faudrait en effet pas passer l’été portes closes, sous le coup d’une fermeture administrative pour non respect des conditions sanitaires. Jean-Luc Cohen invite donc à la pédagogie vis-à-vis des clients récalcitrants mais aussi à renforcer la signalétique en magasin.

À LIRE AUSSI : S’implanter dans une petite agglomération en 5 étapes 

Le soutien des franchiseurs

Heureusement, les franchisés peuvent compter sur les franchiseurs. “Les franchisés sont mieux préparés que les indépendants car les franchiseurs ont préparé cette reprise”, avance Laurent Delafontaine. Certaines têtes de réseau ont organisé des journées de recrutement pour regarnir les équipes de leurs franchisés. Beaucoup se sont mobilisés sur les stocks. Tous ont lancé des communications pour faire revenir les clients en magasin.

“Les équipes de Bleu Libellule sont très présentes et apportent des solutions concrètes par rapport à nos problématiques sur le terrain notamment à travers de l’innovation, du merchandising et de la communication”, salue Patrick Longevial, franchisé Bleu Libellule à Saint-Paul-lès-Dax (40).

Il s’attend donc à un été sous le signe de la reprise. Le réseau Fitness Park a quant à lui misé sur des interventions dans les médias de son président, Philippe Herbette, afin de rassurer les Français sur le fait de se rendre en salle de sports. Et a aussi lancé une campagne de communication très offensive. Chez Stratto, 10 000 petits cadeaux qui accompagneront le menu enfant ont été commandés depuis longtemps. Il est également prévu de mettre en avant, comme chaque année, un sandwich et une salade d’été. “Nous reprenons nos bonnes habitudes”, conclut Pierre de Wulf.

Avatar

Eve Mennesson


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires