Se lancer en franchise Format WEB  (27)

Formation à la loupe : Les Mousquetaires, la formation fait la force

, par Nicolas Monier

Conforté par de bons résultats sur 2020 (croissance de 2,3 %), le groupement Les Mousquetaires semble avoir mis l’agilité au cœur de ses formations. Les différentes enseignes, notamment alimentaires, ont surperformé via le drive (10,2 % de parts de marché) et l’e-commerce (plus d’un milliard d’euro de CA). Pour les dirigeants, adaptation et ancrage des savoirs expliquent, en partie, ces performances.

Face à la crise sanitaire et les bons résultats de l’année écoulée, les dirigeants mettent en avant notamment le travail engagé depuis des années par le groupe, notamment sur la formation interne des plus de 3 000 chefs d’entreprises en exercice dans les différentes enseignes du groupe : Intermarché, Netto, Bricomarché, Bricorama, Brico Cash, Roady et Rapid Pare-Brise. En sortie d’agrément, une fois leur dossier validé, et avant de lancer leur activité, les postulants se retrouvent tous, Parc de Tréville, au siège du groupe dans l’Essonne, également campus des chefs d’entreprises formés pour ouvrir leur point de vente Intermarché ou Netto. Le Groupement Les Mousquetaires a conçu des formations dont la durée oscille entre cinq et six mois.

“Ce sont des formations en alternance qui se découpent par périodes de quinze jours de théories et quinze jours de pratique. Nous nous attachons à envoyer les postulants dans cinq magasins différents durant leur apprentissage. Ils évoluent ainsi dans tous les concepts du Groupement dans la région à laquelle ils sont attachés”, explique Olivia Soudais, présidente de l’Union des Mousquetaires.

En somme, tous les formats du groupement : Intermarché Express, super, hypermarché, Contact. Que cela soit en zone rurale ou en ville, etc. “Le candidat doit connaître toutes les typologies de magasins et d’emplacements. Le champ des possibles doit être le plus étendu”, poursuit Olivia Soudais. Chaque adhérent du groupement Les Mousquetaires dédie un tiers de son temps au groupement. C’est la condition sine qua non. Pour le candidat, la chance et la possibilité ainsi de s’ouvrir à des avis et des process différents avec un adhérent véritablement à son écoute durant ses stages en points de vente.

PLUS D’INFORMATIONS : Ouvrir une franchise Intermarché

Ancrer le savoir

Sur l’année écoulée, le groupe aura réussi, en dépit de la pandémie, à maintenir neuf sessions (dont six sessions dites alimentaires) sur dix prévues. En somme quelque 140 chefs d’entreprises formés dont 96 dans l’alimentaire. Le centre de formation du groupement a été, comme tous les autres, fermé durant trois semaines. De quoi permettre à l’Union des Mousquetaires de digitaliser tous les savoirs à 100 %. “Les classes peuvent être virtuelles car tout a été digitalisé. Y compris les deux jours d’intégration que nous faisons normalement au Parc de Tréville en présentiel”, souligne la présidente de l’Union des Mousquetaires. L’instance organise sa formation selon plusieurs axes qui s’articulent autour de la stratégie commerciale, de la gestion financière et de l’organisation humaine. Sur la partie commerciale, cela va des points de contrôle des rayons traditionnels, du pricing, de la digitalisation aux différents outils techniques mis en place par le groupement. Dans le cadre de l’organisation humaine, Les Mousquetaires se penchent sur le management, la problématique RSE, la gestion des risques ou encore la conduite d’un entretien. L’éventail est suffisamment varié pour que le postulant puisse acquérir toutes les clés techniques nécessaires pour une opérationnalité rapide. De même pour la gestion financière qui permettra aux chefs d’entreprise d’avoir le savoir indispensable à la lecture d’un bilan, au calcul des marges ou encore à la maîtrise de la trésorerie, etc.

“Notre objectif est d’être toujours en alerte sur les besoins des chefs d’entreprises. Il s’agit d’ancrer le savoir pour que ce dernier puisse répondre à des compétences bien spécifiques”, note Olivia Soudais.

À LIRE AUSSI : Les Mousquetaires ferment 10 % du parc des magasins Bricorama

Savoir déléguer

En 2021, l’Union des Mousquetaires devrait organiser onze sessions dont huit seront consacrées à l’alimentaire. Chaque session compte entre 15 et 20 candidats. En dépit de la situation de crise, le groupe essaiera de faire venir au maximum les postulants en présentiel. Notamment pour ce qui est des formations sur les bilans ou les études de cas. “Il y a un fil rouge dans chacun de nos cours. La capacité à s’adapter doit être instantanée et le chef d’entreprise doit apprendre à déléguer très rapidement”, remarque Olivia Soudais. Et cette dernière d’ajouter :

“La période que nous vivons nous a appris que la rapidité dans les prises de décisions était cruciale. Les postulant et les jeunes chefs d’entreprise sont des porteurs de projet qui doivent convaincre et embarquer toute leur équipe.”

À mi-parcours de formation, le candidat fait un point avec les encadrants adhérents. Il s’agit pour ce dernier d’être à la fois “audité” et réconforté. “La situation sanitaire actuelle nous enseigne que le chef d’entreprise doit être opérationnel le plus tôt possible. L’adaptation est la clé pour faire tomber les inquiétudes. Mais cela va bien au-delà de la Covid-19, je serai tenté de vous dire”, explique la présidente de l’Union des Mousquetaires.

À LIRE AUSSI : Thierry Cotillard quitte la présidence d’Intermarché

Avatar

Nicolas Monier
Journaliste


Plus d'informations sur ce réseau :


Sur le même thème