Bonnes pratiques en_pratique_officiel_de_la_franchise

Face à la crise énergétique : Ils cherchent à s’adapter

, par Valentine Puaux

Entre la hausse du coût des matières premières, l’inflation et la crise énergétique, les commerçants doivent revoir toute leur logistique pour optimiser leurs frais d’exploitation et ne pas faire flamber les factures de gaz et d’électricité. Voici quelques conseils appliqués par des enseignes pour tenter d’économiser sur certains postes de budget.

La flambée du prix du gaz et de l’électricité inquiète les enseignes qui subissent déjà, depuis plus d’un an, une hausse du côté des matières premières. Même si un récent plafonnement de l’ILC (indice des loyers commerciaux) a été décidé par le gouvernement, plusieurs fédérations alertent régulièrement l’exécutif. Si plusieurs initiatives ont été entreprises, notamment par la Fédération Française de la Franchise (FFF) en septembre 2022 pour demander la mise en place de dispositifs, force est de constater qu’il n’existe pas encore de recette miracle pour tout optimiser. Une charte signée à Bercy le 5 octobre 2022 par les fournisseurs d’énergie et les ministres Bruno Le Maire et Agnès-Pannier-Runacher ne suffiront pas à calmer les réelles inquiétudes des différentes filières. Le Conseil du commerce de France (CDCF) explique en effet que les entreprises du commerce sont aujourd’hui exclues de l’aide mise en place par l’État.

“Le seuil de 3 % du ratio coût de l’énergie sur le chiffre d’affaires en 2021 pour les entreprises du commerce est un seuil jamais atteint”, précise le CDCF.

Face à cette situation, plusieurs enseignes ont d’ores et déjà mis en place des écogestes, qui, s’ils ne feront pas baisser drastiquement les factures, permettront de faire quelques économies. A commencer par Diego Zaninotto, gérant de trois magasins Gautier à Sainte-Geneviève-des-Bois (91), Rouen (76) et Rosny-Sous-Bois (91), qui se montre très vigilant quant à ses dépenses énergétiques.

À LIRE AUSSI : Entraide en franchise : Se tourner vers ses confrères

La consigne aujourd’hui, c’est de ne pas allumer l’ensemble des lumières avant l’ouverture des magasins et de ne déclencher la climatisation ou le chauffage que si nécessaire avec un maintien de la température à 19°C.” Et ce dernier d’ajouter : “Au magasin de Sainte-Geneviève-des-Bois, nous ne laissons plus la porte ouverte du magasin depuis longtemps !” A noter que l’enseigne a aussi revu ses équipements pour qu’ils soient moins énergivores. “Beaucoup de magasins du réseau Gautier sont déjà équipés d’ampoules Led. Pour l’instant, nous ne pouvons pas investir davantage sur ce poste-là”, poursuit Diego Zaninotto estimant plus que jamais devoir montrer l’exemple en matière de RSE. Ce dernier explore d’ailleurs d’autres pistes pour réduire ses coûts d’exploitation : “Je réfléchis, avec ma fille qui gère les magasins, au fait d’éventuellement décaler nos horaires d’ouverture. L’idée étant de ne pas perdre l’amplitude horaire, mais d’ouvrir plus tard, au moment où il y a davantage d’affluence en boutique. En général, de 10 à 11 heures, la fréquentation est basse. Nous pourrions ainsi rentabiliser consommation et flux client.”La sobriété est également de mise dans le magasin Tom&Co de Franck Guyon, à Amiens (80) :

J’ai lancé une étude pour installer des panneaux photovoltaïques et ainsi faire baisser la facture. J’ai également réduit de 30 % la luminosité de mes spots dans mon allée centrale, soit un spot sur deux aujourd’hui éteint. Mais je n’ai pas attendu les consignes de l’État pour le faire !”, témoigne le commerçant.

Des initiatives locales permettent à chacun d’économiser sur certains postes. Mais le franchiseur est attendu au tournant. Et doit aussi instiguer pour l’ensemble de son réseau. Un enjeu d’autant plus grand pour les enseignes qui se lancent en franchise. Et qui devront, de ce fait, présenter à leurs partenaires, une logistique sans coutures. “Nous indiquons déjà à nos employés l’heure à laquelle ils peuvent allumer ou éteindre le matériel de cuisson, comme la plaque pour le wok ou bien les friteuses”, indique ainsi Nathalie Nguyen, cofondatrice du concept de restauration Lanta Wok à Bagneux (92), aux côtés de Nessim Kouachi. L’objectif étant pour la direction, de s’assurer de la bonne compréhension des consignes avant d’ouvrir d’autres succursales à Villejuif (94) et Levallois-Perret (92) d’ici la fin de l’année 2022. Puis des franchises dans la foulée…

Retrouvez l’intégralité de cet article dans le numéro 225 de novembre 2022 de l’Officiel de la Franchise, actuellement en kiosques.

Avatar

Valentine Puaux


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires