Analyses babychou_officiel_de_la_franchise

Babychou Services : Dépasser la seule garde d’enfants

, par Nicolas Monier

Sur un marché concurrentiel, partagé entre enseignes privées et indépendants non déclarés, l’enseigne, fondée par Claire Lanneau, cherche aujourd’hui à installer durablement sa marque dans le paysage français des services à la personne (SAP). Mais le spécialiste du baby-sitting souhaite avant tout consolider ses positions, quitte à sortir un peu des sentiers battus, plutôt que de se lancer sur des activités radicalement étrangères à son métier historique.

Ancienne salariée d’une grande multinationale spécialisée dans les technologies de l’information, Claire Lanneau, à l’époque, mère de deux jeunes enfants, ne trouvait pas de garde adaptée à ses besoins. Partant de ce constat, elle profite donc du Plan Borloo, en 2005, dédié au développement des services à la personne, pour lancer sa propre activité. C’est ainsi qu’est née l’enseigne Babychou Services. Aujourd’hui, la marque peut s’appuyer sur un réseau de 115 agences dont neuf en propre. “Notre réseau est assez bien étendu sur toute la France avec une dizaine d’agences réparties dans les DROM-COM [anciennement DOM-TOM]. Historiquement, nous étions implantés dans des bassins de population importants. Mais nous nous sommes rendu compte qu’il fallait davantage avoir une logique de territoire avec un nombre d’enfants (entre 8 000 et 10 000) issus des CSP+”, explique Claire Lanneau. Si les habitudes sociétales des familles changent, la fondatrice estime que le réseau va poursuivre son développement dans les villes de taille moyenne.

“Typiquement, par exemple, comme à Périgueux (24) ou à  Compiègne (60) où nous avons de fortes demandes”, poursuit Claire Lanneau, dont le réseau, d’ici trois ou quatre ans, devrait passer le cap des 200 agences sur le territoire.

À LIRE AUSSI : Services à la personne : Un vrai jeu d’enfant ?

Un changement sociétal

À la faveur du télétravail et de la réorganisation de la vie en entreprise, les comportements évoluent. Un constat tiré par Claire Lanneau qui veut rassurer les porteurs de projet : “Dans notre business model, nous sommes positionnés sur des gardes régulières. C’est-à-dire que nous allons chercher des enfants à la crèche ou à l’école. C’est un relais avec les parents. Aujourd’hui, nous constatons peut-être que les familles ont moins recours à nos services le vendredi. Mais cela reste à la marge”, précise la fondatrice. Et cette dernière de poursuivre : “En revanche, nous observons de plus en plus de familles désormais intéressées par des horaires plus atypiques. Cela peut être plus tôt le matin ou à d’autres heures de la journée. Cela peut être aussi le week-end. Les familles combinent aujourd’hui les solutions de garde. Notamment de type collective, via une crèche municipale avec un relai le matin et le soir grâce à nos services.”

À LIRE AUSSI : Le fondateur de Oui Care devient franchisé de sa marque O2

Des changements également observés par les franchisés du réseau. Comme le précise Éric Perrin, multi-franchisé historique à la tête de six agences dans l’ouest de la France : “Nous sommes désormais dans l’instantanéité avec un planning plus aléatoire. Nous devons répondre à des besoins de parents dans les 48 heures. Bien entendu, nous avons un socle récurrent de gardes (entre 50 % et 60 %) mais il est clair que les besoins changent.” Même son de cloche pour la jeune franchisée niçoise Anaïs Murat pour qui désormais, il faut composer avec les parents, qui en télétravail, exercent leur profession sur leur lieu de domicile alors que leurs enfants sont gardés. Ce qui peut compliquer les choses.

“De même, nous avons de plus en plus de demandes concernant la garde d’enfants le soir. Ce qui était beaucoup moins le cas auparavant”, note Anaïs Murat à la tête de son agence depuis juillet 2021.

En outre, certains parents veulent pouvoir compter sur des baby-sitters motorisées. Ce qui est rarement le cas. “À nous de les convaincre et d’évangéliser sur les bonnes pratiques : prendre le bus ou demander aux parents de mettre à disposition de l’intervenant, un véhicule si la famille en possède un supplémentaire”, précise Éric Perrin…

Retrouvez la suite de notre audit et de notre analyse de l’enseigne Babychou Services ainsi que de son réseau de franchise, dans notre fiche dédiée !

Avatar

Nicolas Monier
Journaliste


Plus d'informations sur ce réseau :

logo-babychou_IMP-sans-fond

BABYCHOU SERVICES

Une autre idée de la garde à la maison

  • Apport :
    20000
  • Implantation :
    115

Voir la fiche enseigne


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires