Se lancer en franchise Redevances contrat franchise

Le montant des redevances est-il justifié ?

, par Audrey Pelé

En contrepartie des services financiers fournis par le franchiseur, le franchisé doit généralement lui verser des redevances. Avant de signer avec un réseau, il est nécessaire de bien comprendre ce que ces sommes recouvrent pour s’engager en toute sérénité.*

Quel est le détail de vos prestations  ?

Cette première question générale permet de savoir ce que le franchiseur peut apporter au franchisé. “Le candidat trouve déjà des informations sur les prestations dans le document d’information pré-contractuelle (DIP) et le contrat de franchise. Le problème c’est que les documents ne sont pas toujours très étayés”, précise Guy Saint-Solieux, consultant en management de réseaux et membre du Collège des experts de la FFF**. Pour s’assurer de la sincérité du franchiseur, l’expert recommande de lui demander l’autorisation de rencontrer les autres franchisés du réseau. “Il me semble indispensable d’interroger ces derniers afin de s’assurer que les services sont au niveau des engagements pris sur le papier. Certains franchiseurs proposent des prestations qu’ils ne tiennent pas comme la recherche d’un local ou de l’aide pour faire un business plan”, précise-t-il. Il conseille aussi aux futurs franchisés d’aller consulter le site Internet de l’Indicateur de la franchise*** qui permet de lire des enquêtes de satisfaction de franchisés de différents réseaux.

 

Comment est utilisé le montant de la redevance de communication ?

Il est important d’être au clair sur cette question afin de savoir comment va réellement être utilisé l’argent demandé par le réseau. “De manière générale, le franchiseur demande un pourcentage du chiffre d’affaires aux franchisés pour la communication locale et nationale (environ 1 % pour chacune des redevances)”, précise Guy Saint-Solieux. À combien va s’élever le montant de cette redevance exactement? Est-ce qu’elle peut être amenée à évoluer au cours du temps ? L’expert recommande également de s’assurer de ce que met en place le réseau en termes de communication. “Il est nécessaire qu’elle soit axée sur le concept et efficace. Comment va-t-elle être gérée ? Par qui (une agence de communication, par exemple) ? Un interlocuteur va-t-il m’assister sur la bonne communication à mettre en place au niveau local ?”, énumère Guy Saint-Solieux. Il précise qu’un franchiseur sérieux n’aura aucune difficulté à répondre à ce type de questions. Il met aussi en garde contre les têtes de réseaux qui demandent une redevance de communication trop importante. “Si le franchiseur demande un montant de 5 %, c’est un peu excessif. Dans ce cas, il faut insister pour avoir des précisions même si cette somme peut se justifier.”

 

Que recouvre la formation dispensée par votre réseau ?

Il est important de rentrer plus en détail sur la formation qui est un point capital pour la réussite du futur franchisé. “Beaucoup de ceux qui se lancent en franchise ne sont pas du métier et ils vont donc réellement apprendre une profession grâce à la formation. Il est indispensable qu’ils reçoivent un enseignement de qualité”, explique Guy Saint-Solieux. Il assure que le défaut de formation est en effet la cause de nombreux litiges entre franchiseurs et franchisés. “Quelle est la durée du plan de formation, qu’est ce que je vais apprendre? Un franchiseur qui vous dit que vous allez passer huit jours dans un centre pilote, c’est trop vague”, précise Guy Saint-Solieux.

 

Quelle est l’assistance que vous pouvez m’apporter ?

Le franchisé doit savoir si le franchiseur sera présent à ses côtés pour l’assister dans son quotidien. Il peut d’abord lui demander combien de personnes sont dédiées à l’animation du réseau. “Si le franchiseur annonce qu’il y a un animateur pour 10 à 15 franchisés, c’est positif. Cela prouve qu’il y a un staff sérieux qui pourra lui accorder du temps”, explique Guy Saint-Solieux. Il faut aussi poser des questions sur les visites que réalisent les animateurs dans les points de vente. Quand ont-elles lieu ? À quel rythme ? “Attention aux têtes de réseaux qui annoncent qu’un animateur va venir les voir tous les mois. Ça ne veut rien dire, assure l’expert. L’important est de savoir en quoi vont consister ces visites et d’avoir une description des missions d’assistance.” Il préconise de demander si le réseau met à disposition une ligne téléphonique prioritaire. “S’il a un problème, le franchisé sait qu’on va pouvoir l’aider tout de suite. C’est rassurant.” En matière d’assistance, le franchisé doit aussi avoir des précisions sur les grands moments d’animation du réseau (réunions régionales, convention annuelle..). “Le franchisé doit comprendre s’il s’agit de véritables rendez-vous de travail ou de moments de distraction. Quel est le programme de ces événements ? Est ce que vous allez donner des indications chiffrées sur le réseau (des résultats par unité, par exemple) et des conseils efficaces pour progresser ? Il faut des informations sur le contenu”, conclut Guy Saint-Solieux.

 

*Article publié dans le numéro du mois de mars de L’Officiel de la Franchise.
** www.cabinetguysaintsolieux.com
*** www.lindicateurdelafranchise.fr

gplus-profile-picture

Audrey Pelé
Journaliste pour L'Officiel de la Franchise


Sur le même thème


Vos réactions (1)

  1. Kumiko, le

    Jean, je trouve tre8s inte9ressant la peetvrcsipe que tu as pris vis-e0-vis le franchise9.Une autre re9alite9 est que le franchiseur est souvent confronte9 e0 la meame re9alite9 et ne sait pas comment s y prendre. Dans tous les cas, la rele8ve pose un de9fi important. Ce n est jamais facile pour un franchiseur de dire non e0 la rele8ve pressentie d un franchise9. Souvent la relation d affaires tourne mal apre8s un non. Ce serait inte9ressant que tu puisses donner ton avis sur l autre cf4te9 de la me9daille.Salutations! et merci pour tes conseils.

Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires