Actualités Format WEB  (25)

Amazon : “Les clients vont dans les magasins physiques et y retourneront quand ils le pourront”

, par Camille Boulate

Dans un contexte où de nombreux commerces restent fermés et craignent un report de la consommation auprès des leader de l’e-commerce comme Amazon, l’entreprise américaine assure être focalisée sur l’accompagnement des TPE/PME et petits commerçants mais aussi des enseignes nationales qui souhaitent s’appuyer sur sa marketplace pour se digitaliser. Explications avec Patrick Labarre, directeur de la marketplace Amazon en France.

Les petits commerçants indépendants et les grandes enseignes ont le sentiment d’être floués en cette période de reconfinement. Que leur répondez-vous ?

Je peux leur dire simplement que nous sommes engagés et que nous sommes partenaires des commerçants français. Nous sommes engagés à leurs côtés pour les aider à développer leur activité de vente en ligne. J’imagine les situations dans lesquelles ils sont. Il faut savoir qu’aujourd’hui beaucoup de commerçants, de TPE et PME utilisent les services de la marketplace d’Amazon pour maintenir leur business. Nous l’avons vu au premier confinement, nous avons aidé beaucoup d’entre eux à conserver leur activité mais aussi parfois à se développer. Et aujourd’hui encore, pour ce second confinement, on souhaite être à leurs côtés et nous avons d’ailleurs déployé pas mal d’actions en ce sens.

À LIRE AUSSI : Face à Amazon, Intermarché lance le drive solidaire

Qu’avez-vous justement mis en place spécifiquement durant cette nouvelle période de confinement ?

Depuis le début de ce nouveau confinement, nous avons mis en place une opération de gratuité des frais d’abonnement à la marketplace que nous offrons pendant trois mois pour toutes les inscriptions effectuées durant ce confinement. Tous les matins, nous effectuons des webinars dans lesquels nous expliquons comment lancer son activité sur Amazon mais aussi comment créer un site e-commerce et comment s’occuper de la logistique, etc. Nous offrons également un crédit de 200 euros pour financer une campagne publicitaire et leur donner ainsi davantage de visibilité sur notre site Internet. Enfin, nous avons plus de 300 personnes dédiées pour les accompagner au quotidien. Nous sommes vraiment partenaires et engagés auprès des commerçants français et nous faisons au mieux pour qu’ils puissent bénéficier très rapidement de nos services.

Comprenez-vous le sentiment des commerçants qui sont fermés actuellement et qui ont peur que les consommateurs reportent leurs achats sur Internet ? Que constatez-vous sur le terrain ?

J’entends et je comprends les craintes sur les perspectives économiques et sur le contexte. Nous ne communiquons pas de chiffres propres à Amazon. La Fevad a quant à elle publié un certain nombre d’estimations et je pense qu’on est en ligne avec ce qu’elle a communiqué. Mais ce qu’il faut savoir, selon les différentes études, c’est que le e-commerce représente moins de 10 % du commerce de détail, donc c’est relativement faible. Je comprends que les magasins en ce moment souffrent mais il existe encore à mon avis beaucoup d’opportunités, les clients vont dans les magasins physiques et y retourneront quand ils pourront le faire. Je pense que les deux canaux sont complémentaires.

Pour lire l’intégralité de cet article, rendez-vous sur L’Officiel des Réseaux.

Camille Boulate

Camille Boulate


Sur le même thème