Analyses franxchise

Devenir franchisé : les erreurs à éviter avant de se lancer (Partie 1)

, par Camille Boulate

Ça y est ! Vous avez décidé de devenir entrepreneur et le modèle de la franchise vous tente. En revanche, dans la montagne d’informations que vous pouvez lire, vous ne savez plus où donner de la tête. Ce mois-ci, nous vous dévoilons les principales erreurs à ne pas commettre. Découvrez la première partie de notre enquête.

Partir tête baissée

Avant toute chose, Il est primordial de ne pas prendre la décision de se lancer en franchise du jour au lendemain. “C’est un changement de vie, vous devenez entrepreneur. Il est donc nécessaire de faire le point sur ce que vous voulez faire, sur vos compétences mais aussi sur votre capacité financière”, rappelle Olga Romulus, expert comptable chez Fiducial et membre du College des experts de la Federation française de la franchise.

“En effet, l’enseigne que vous choisirez vous demandera forcément d’avoir un apport minimum Il est donc nécessaire de connaitre le montant que vous pourrez investira titre personnel. “Cela conditionner votre capacité d’emprunt auprès d’une banque et influences forcément réseau que vous souhaiterez rejoindre. Cela ne sert à tien d’étudier en profondeur les documents d’une enseigne si vous n’avez pas, au final, la capacité financière”, insiste Clémence Casanova, avocat au sein du cabinet Link&a.

Faites également le point sur votre mobilité géographique. Il peut effectivement arriver que l’enseigne soit déjà bien établie là où vous habitez. Dans ce cas, interrogez-vous sur un éventuel changement de région. Est-ce envisageable ? Si oui, à quelles conditions et dans quelle région ?

“Même si c’est très rare que des franchises s installent dans une localité géographique totalement inconnue. Généralement sil ya déménagement c’est bien souvent pour retourner dans sa région d’origine ou pour s’installer dans un lieu déjà bien connu”, concède Olga Romulus.

Surtout que, selon les réseaux, bien connaitre votre futur territoire d’implantation peut être un pré-requis indispensable. “Les enseignes ont bien compris qu’un candidat issu de la zone d’implantation peut vraiment booster l’activité”, insiste l’expert comptable.

De son côté, Laurent Delafontaine, fondateur et dirigeant du cabinet Axe Réseaux, également membre du Collège des experts de la Fédération française de la franchise conseille de ne pas se laisser séduire par un territoire que l’on ne connait pas “juste par attrait financier. Il ya une règle primordiale : ne pas se presser et bien tout étudier”, assure-t-il.

 

LIRE AUSSIOuvrir sa franchise avec moins de 10 000 euros : c’est possible !

 

Être seul à croire à son projet

Autre conseil qui conditionne grandement la réussite de votre projet le soutien de l’entourage et plus particulièrement de votre famille proche (conjoint, enfants, etc. “L’adhésion de l’environnement familial est primordiale. Malheureusement quand la famille vacille, le chef d’entreprise est troublé et n’est pas à 100% impliqué dans son projet. Rappelons le, la première cause d’échec de l’entrepreneuriat en France reste la séparation ou le divorce”, affirme Olga Romulus.

Même avis du côté de Laurent Delafontaine. “C’est extrêmement important que le projet soit partagé par la famille. Car si vous souhaitez devenir caviste ou autre commerce de proximité), vous travaillerez probablement le samedi. Si votre conjoint ne le supporte pas. C’est très difficile de se lancer”, insiste l’expert.

D’ailleurs, de plus en plus les franchiseurs prennent le soin de déterminer si le projet est approuvé par les proches afin d’éviter des difficultés futures. “C’est fondamental que le futur franchisé soit soutenu, car devenir entrepreneur va impacter la vie familiale, c’est certain. Et s’il n’y a pas d’adhésion de la part des proches il y aura forcément des tensions et ce n’est pas bon pour l’activité”, insiste l’avocate.

 

LIRE AUSSICréez votre emploi grâce à la franchise !

 

Ne regarder qu’une seule enseigne

Une fois que vous avez fait le point sur votre projet et que vous avez le soutien de vos proches, la prochaine étape est de trouver l’enseigne qui vous correspond le mieux. D’ailleurs, vous avez peut être une idée du secteur que vous souhaitez rejoindre, et avez même peut-être déjà repéré une enseigne. Dans ce cas, ne vous focalisez par sur ce réseau et ouvrez vos horizons. Tomber sous le charme d’un concept ou d’un franchiseur, c’est possible. Mais n’oubliez pas de comparer avec d’autres enseignes du secteur et d’analyser un maximum de choses.

“Élargir ses recherches permet de prendre une décision a connaissance de cause. Par exemple si le secteur de la restauration vous plait, regardez ce qu’il se fait dans la restauration rapide, la restauration à table et les bars à bière. Cela permet de bien déterminer si l’on est bien à l’aise dans le secteur visé”, estime Laurent Delafontaine.

Olga Romulus partage la même analyse. Selon elle, le danger est de se laisser happer par une enseigne à la mode ou simplement de suivre un ami qui est déjà dans le réseau. “Une fois le secteur identifié, sélectionnez plusieurs enseignes qui vous séduisent et creusez sur la philosophie du réseau, ses valeurs mais aussi son business model et ce qui fait son succès”, conseille l’expert-comptable.

Bien prendre le temps pour effectuer ses recherches semble donc un passage obligé pour limiter les mauvaises surprises. Pour cela, n’hésitez pas à aller à la rencontre des réseaux, notamment lors de salons comme Franchise Expo qui se déroule chaque année à la fin du mois de mars.

“Dans votre choix final, demandez-vous si vous serez fier de porter les couleurs de l’enseigne. Se retrouver dans l’image et le concept est impératif. Demandez vous sil s’agit d’une enseigne de restauration, si la carte est à votre goût et si les valeurs de l’enseigne sont les vôtres”, insiste Clémence Casanova.

Pour bien déterminer cela, n’hésitez pas à effectuer des journées découvertes auprès des réseaux qui vous intéressent. Quasiment tous proposent ce type d’immersion ce qui permet de rencontrer un premier franchisé et de découvrir son quotidien ainsi que l’activité sur le terrain. “C’est un vrai plus pour voir assez rapidement si vous êtes fait ou pas pour ce secteur”, insiste Olga Romulus.

 

Retrouvez la suite de cette enquête la semaine prochaine !

 

Camille Boulate

Camille Boulate


Sur le même thème