Actualités Format WEB  (34)

Coronavirus : “La crise va accélérer la prise de conscience RSE des consommateurs”

, par Camille Boulate

Spécialiste du drive-to-store, l’entreprise Bonial a étudié le comportement de ses utilisateurs durant la crise du Covid-19. Résultats : les Français font moins souvent leurs courses et perçoivent une augmentation des prix. Décryptage avec Laurent Landel, directeur associé de Bonial.

Plusieurs études fleurissent ces derniers jours démontrant l’impact de la crise du coronavirus sur les comportements des consommateurs. Bonial, entreprise spécialisée dans le drive-to-store et mettant à disposition sur ses plates-formes les catalogues ainsi que les promotions des enseignes, a réalisé une étude auprès de ses utilisateurs. L’objectif : sonder leurs habitudes d’achats durant le confinement. “Nous avons 5 millions de visites naturelles chaque mois sur notre site Internet et l’application. Il était assez logique de poser la question à ces utilisateurs sur leur vision et perception de la crise, indique Laurent Landel, directeur associé de Bonial. Nous avons perçu un changement assez impressionnant sur la plate-forme. Les catalogues papiers des enseignes de grande distribution n’étant plus déposés dans les boîtes aux lettres depuis mi-mars, les téléchargements de notre application ont été multipliés par trois ou quatre. Le trafic a explosé. ”

À LIRE AUSSI : Covid-19 : “Après le confinement, les marques devront repenser leur offre produit”

Prix stables

Fort de ce constat, Bonial a réalisé une étude auprès de 1 700 utilisateurs de l’application web et mobile. Résultats : la manière dont les consommateurs fréquentent les magasins s’est clairement transformée. “Alors que 46 % des répondants déclaraient faire leurs courses plusieurs fois par semaine avant la crise, il ne sont plus que 8 % à se déplacer plusieurs fois en magasin pendant le confinement”, déclare Laurent Landel. 86 % des consommateurs estiment que les prix pratiqués dans les magasins ont augmenté. “Il est très probable que cela ne soit qu’une perception. Puisque les clients vont moins souvent faire leurs courses, le montant du caddie, même s’il est le même sur la semaine, paraît forcément plus élevé puisqu’il n’y a plus qu’un passage en caisse, explique Laurent Landel. Excepté sur les fruits et légumes où les distributeurs ont mis en avant des produits français et donc revu leurs prix à la hausse, plusieurs études montrent que, globalement, les tarifs n’ont pas forcément augmenté. Plusieurs enseignes se sont d’ailleurs engagées à maintenir les prix sur certaines références, notamment pour les marques distributeurs.”

À LIRE AUSSI : Coronavirus : Quels scénarios pour la sortie de crise ?

Promotions

Cette perception d’augmentation des prix entraîne un plus grand attrait de la part des consommateurs pour les promotions. Comme en témoigne Bonial, 89 % des répondants estiment être plus attentifs aux bonnes affaires depuis le début du confinement. “Il y a une réalité : le pouvoir d’achat d’un bon nombre de Français est contraint. Les consommateurs sont obligés de faire des arbitrages et la variable d’ajustement est bien souvent les achats alimentaires, détaille Laurent Landel. Les clients sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à faire des listes de courses  ou à se baser sur ce qu’ils ont dans leurs placards. Toutefois, les consommateurs veulent continuer à se faire plaisir, car en période de confinement, la fonction sociale et familiale du repas est réellement fondamentale. D’ou le fait qu’ils scrutent les promotions.”

À LIRE AUSSI : Retrouvez les enseignes évoluant dans le secteur de la distribution alimentaire en vous rendant sur notre Annuaire.

Retour au local

Enfin, après le confinement, 52 % des répondants prévoient de faire des économies quand 45 % d’entre eux envisagent ne rien changer à leurs dépenses. Parmi les arbitrages qui seront effectués, 57 % estiment rogner sur les vacances et les loisirs, 51 % sur les dépenses liées à la restauration et 50 % sur celles destinées au prêt-à-porter. Et comme de nombreuses études, les experts de Bonial estiment qu’il y aura un vrai retour au commerce local et de proximité. “Tout le monde est en train de réaliser la situation un peu risquée dans laquelle cette mondialisation exacerbée nous met. Ce genre de crises ramènent les gens à l’essentiel : être en bonne santé. Et cela passe par mieux consommer et trouver des produits locaux, insiste Laurent Landel. Le coronavirus va accélérer la prise de conscience RSE des consommateurs qui seront plus vigilants dans leurs achats. Toutefois, le juge de paix sera le prix. Les marques auront un travail considérable à effectuer en matière de transparence et de promotion.”

Camille Boulate

Camille Boulate


Sur le même thème