Actualités Moriss

Moriss Immobilier veut ouvrir un centre commercial dans le metaverse

, par Léo Potier

Le groupe parisien d’agences immobilières a récemment investi près de 250 000 dollars dans l’achat de deux terrains sur Sandbox et Decentraland. Un investissement loin d’être irréfléchi.

“Unir le metaverse au monde réel”, voilà ce que brandissait Moriss Immobilier en annonçant l’achat sur LinkedIn de deux nouveaux terrains. Mais pas n’importe quels terrains : l’un sur Sandbox, l’autre sur Decentraland, deux grandes plates-formes de metaverse. Après Nike, Gucci et plus récemment Carrefour ou Axa et Casino, voilà que le groupe Moriss Immobilier décide lui aussi de s’affirmer dans ce nouveau secteur. Mais pour quel objectif poursuivi ? Selon le fondateur de Moriss Immobilier, Mickael Abitbol, l’idée est “d’installer l’enseigne sur ce nouveau terrain en y faisant construire un futur centre commercial qui devrait voir le jour avant la fin de l’année 2022.” Et le dirigeant d’ajouter :

“Nous souhaitons que les marques puissent venir s’y installer pour y promouvoir leur image et bien entendu y faire du commerce.”

L’idée est loin d’être saugrenue. Depuis quelques temps, le secteur du metaverse est devenu un lieu de spéculation et de convoitise, que certains estiment comme étant le Web 3.0, le futur d’Internet. Car si le réseau immobilier parisien est spécialisé dans la vente de biens aux particuliers, il tire 15 % de son activité des locaux professionnels et commerciaux.

À LIRE AUSSI : Carrefour sur Sandbox : coup de com’ ou stratégie à long terme ?

Si les friches ont été déjà achetées sur Sandbox et Decentraland, Moriss Immobilier devrait investir 250 000 dollars supplémentaires pour y faire bâtir le centre commercial virtuel. Dans les prochains mois devrait voir le jour une démo accessible aux futurs clients du lieu, où ceux-ci pourront découvrir et visiter les quelques 400 cellules sur trois étages que Moriss Immobilier mettra à disposition, pour la somme de 7 000 à 8 000 dollars (pour commencer). Ces mêmes cellules seront également ouvertes à la location (entre 800 et 1 000 dollars par mois).

Le groupe immobilier est sûr de son coup. Mikael Abitbol l’assure :

L’investissement sera rentable. Je pense que le metaverse est un secteur d’avenir, particulièrement dans l’immobilier. Dans les grandes métropoles, notamment à Paris, les places sont soumises à un manque d’espace.  Il faut donc aller chercher d’autres lieux, pourquoi pas virtuels. La première problématique sera donc de créer du flux de passage pour rendre attractif le centre commercial.” 

Si pour le moment, le metaverse apparaît comme une bulle spéculative, le fondateur de Moriss Immobilier reste convaincu que, d’ici deux à trois ans, il y aura un flux permanent sur ces nouvelles plates-formes. “C’est aussi un choix stratégique. Nous nous adaptons au changement de l’expérience client”, poursuit Mickael Abitbol. Il est vrai que pour tout un lot de personnes, les possibilités de rentabilité et d’investissement ont changé. Tous ont en ligne de mire la jeune génération, dite “Gen Z” (née à partir de 1997). Cette dernière, familière à l’univers du gaming, connaît et cultive cette appétence pour le metaverse. Le secteur est d’ailleurs connexe aux tout aussi nouveaux NFT et crypto-monnaies pour lesquels Moriss Immobilier se dit “concerné et actif”. En projet, la possibilité prochainement de remettre des NFT aux acquéreurs de biens immobiliers étant passés par les agences du réseau.  L’entreprise, qui compte bientôt 3 franchises, devrait totaliser 25 agences d’ici la fin 2023.

À LIRE AUSSI : Retail : “Le magasin physique ne remplit plus une simple fonction transactionnelle”

Avatar

Léo Potier
Journaliste


Sur le même thème