Analyses Restauration-Food-Service-Vision

70 % des Français fréquentent régulièrement les chaînes de restaurants

, par Camille Boulate

Food Service Vision, cabinet d’études et de conseils spécialisé dans la restauration, vient de dévoiler les résultats d’une enquête concernant l’attractivité des chaînes de restaurants. Résultat : le secteur souffre d’un désamour par rapport à ses voisins européens.

Face aux mutations rencontrées par le secteur de la restauration – nouveaux modes de consommation, essor de la livraison à domicile, arrivée d’acteurs innovants, etc. – Food Service Vision a voulu s’interroger sur l’attractivité des chaînes de restaurants. Dans ce contexte, le cabinet d’études et de conseils a mené une enquête* auprès de 1 200 personnes sur 44 enseignes de restauration. “Nous souhaitions comprendre pourquoi les consommateurs fréquentent telle ou telle enseigne. Pour cela, nous nous sommes basés sur le Net Promoter Score (NPS)**, outil reconnu pour évaluer la fidélité des consommateurs d’une marque ou d’une enseigne”, détaille François Blouin.

 

Mauvaise attractivité

Les résultats sont sans appel : l’attractivité des restaurants de chaîne est mauvaise en France. Ainsi, le NPS moyen s’élève à – 8 et les résultats oscillent entre + 15 et – 27. “Nous sommes en train de finaliser la même étude en Italie et au Royaume-Uni où le NPS est largement plus élevé. Les deux pays affichent respectivement des scores moyens de + 10 à + 9”, détaille François Blouin. Peu d’explications à ce grand écart mais pour Food Service Vision cela peut être lié à la perception qu’ont les Français de la franchise et des chaînes de restaurant. “Aussi, chez nous, la recommandation est quelque chose de difficile. Ce que l’on remarque également, c’est que certaines marques anglo-saxonnes comme KFC, Domino’s Pizza ou encore McDonald’s sont mieux appréciées dans ces pays”, insiste François Blouin. Autre enseignement : 43 % des repas pris en restauration assise le sont dans les chaînes. Par ailleurs, sur 44 enseignes étudiées, les répondants en connaissent 22 et en fréquentent 12 sur un an. “C’est très peu au final quand on sait qu’il existe 250 chaînes de restauration en France”, soulève François Blouin. Parmi toutes les enseignes confondues, Sushi Shop, Big Fernand et Exki sont celles bénéficiant des plus forts taux de recommandation. Buffalo Grill tire son épingle du jeu et figure en tête des enseignes de la restauration assise.

À Lire aussi :

Entreprendre dans la restauration séduit un tiers des Français

 

Meilleure fréquentation au déjeuner

Et si seulement 23 % des consommateurs français recommandent les chaînes de restaurants, ils sont tout de même 70 % à les fréquenter régulièrement (environ 1 fois par trimestre). Plus de 6 repas sur 10 consommés en restauration de chaîne le sont au moment du déjeuner et 57 % des clients prennent leur repas à emporter. “Un consommateur peut trouver cela pratique de manger dans une chaîne de restauration rapide car c’est sur son chemin et qu’il est pressé, mais ne va pas forcément recommander l’offre produit”, insiste le prédisent fondateur de Food Service Vision. L’étude pointe en effet que la facilité d’accès reste la première condition de la fréquentation d’un restaurant de chaîne devant la qualité du personnel et le goût des produits. En revanche, l’offre produit est l’élément essentiel faisant qu’un consommateur recommandera une enseigne à ses proches.

À noter :

* Étude réalisée en ligne par Food Service Vision, auprès de 1 200 personnes sur 44 enseignes de restauration chaînée (restauration rapide et assise) présentes en France. La même étude a été menée en Europe auprès de 500 consommateurs italiens et 500 consommateurs anglais.

**LE NPS a été créé par la firme stratégique Bain et repose sur le fait de poser une question standardisée aux consommateurs : recommanderiez-vous telle enseigne à vos proches et à quel niveau situeriez-vous cette recommandation sur une échelle de 0 à 10 ? Une distinction des notes recueillies est faite entre les “promoteurs” (notre de 9 à 10), les “passifs” (de 7 à 8) et des “détracteurs” (0 à 6). Le NPS mesure ainsi l’écart entre les scores respectifs des “promoteurs” et des “détracteurs”.

Camille Boulate

Camille Boulate


Sur le même thème