Analyses bras-droit-des-dirigeants

Bras Droit des Dirigeants : « Nos cadres franchisés veulent être à leur compte, mais pas seuls »

, par Fabien Soyez

Bruno Doron, fondateur du réseau Bras Droit des Dirigeants revient sur son concept d’externalisation de cadres à temps partagé, pour les TPE et PME.

 

En quoi consiste Bras Droit des Dirigeants ?

Nous travaillons sur un concept de cadres en temps partagé. Nous réalisons des missions de cadres pour les PME et TPE, non en temps plein, mais via des interventions hebdomadaires d’une demi-journée ou d’une journée, dans le cadre de contrats semestriels ou annuels.

Le temps partagé est une vraie solution pour les TPE/PME, car les dirigeants assument souvent seuls la direction de leur entreprise – tout en subissant un rythme de travail très intense. Les entreprises dans lesquelles nous intervenons (petites ou moyennes, de 20 à 30 salariés maximum) ont toutes besoin de cadres, mais n’ont pas les moyens de financer de tels postes. Nous ne sommes ni une entreprise de portage salarial, ni un groupement d’employeurs : l’externalisation signifie que nous n’avons pas de contrat de travail avec les entreprises, mais que nous passons par des contrats de prestation de service, ce qui apporte beaucoup de souplesse à nos clients ainsi qu’à nos franchisés. Chaque cadre est indépendant. Il signe ses contrats de mission avec l’entreprise et la facture directement.

Enfin, nous ne faisons pas de conseil, mais réalisons un vrai métier de cadre dans l’entreprise, opérationnel, avec de réelles prises de responsabilités. Par exemple, quand l’un de nos cadres réalise une fonction de directeur commercial, il est le patron des commerciaux, les manage et met en place une vraie politique commerciale, à l’instar d’un vrai salarié.

À ce jour, nous travaillons sur trois expertises : la direction commerciale, la direction des ressources humaines et la direction générale. À partir de septembre 2019, nous travaillerons aussi sur une quatrième fonction : la direction administrative et financière (DAF). Avant la fin 2019, nous prévoyons enfin de lancer une offre de responsable marketing digital.

 

Vous déclinez votre concept en franchise… quel profil visez-vous ?

La globalité des cadres externalisés qui interviennent (dans toute la France, et bientôt aussi à l’international) sont des franchisés de la marque Bras Droit des Dirigeants. Chaque cadre est ainsi à la fois un franchisé et une agence de notre réseau.

Notre réseau de cadres à temps partagé compte, 11 ans après sa création, près de 70 franchisés en France. Sur le réseau de direction commerciale, nous avons à ce jour 35 franchisés. Sur celui des RH, nous faisons appel à 20 franchisés. Et sur celui de la gouvernance de l’entreprise, ils sont 14. Concernant le futur réseau de DAF, quelques candidats se sont déjà manifestés.

Nos franchisés ont tous minimum 10 à 15 ans d’expériences dans leur domaine d’expertise. Ils viennent vers nous pour deux raisons différentes : soit parce qu’ils ont plus de 50 ans et que suite à des restructurations, ils souhaitent poursuivre leur métier mais pas dans le cadre d’un poste salarié (de toute façon difficile à atteindre à leur âge) ; soit parce qu’ils ont une quarantaine d’années, une bonne expérience, et aussi l’envie de poursuivre leur carrière en indépendants et d’être à leur compte, sans être seuls.

brasdroitdirigeants

 

Concrètement, quel type de contrat proposez-vous au franchisé, et quels savoir-faire lui transmettez-vous ?

Nous proposons un contrat de franchise, avec exclusivité de territoire, sur une durée de 3 ans.

Les montants à prévoir par les candidats pour le droit d’entrée et la formation initiale sont de 22 500 euros pour un DRH, 24 500 euros pour un directeur commercial et 25 000 euros pour une mission de gouvernance. L’enseigne prélève une redevance de 7 % sur le chiffre d’affaires des franchisés.

Le droit d’entrée correspond au droit d’exploitation de la marque sur une zone en exclusivité et à la transmission du savoir, à travers une formation de 12 jours aux outils de communication et de commercialisation (méthodes de ventes des missions, événementiels, document de présentation, actions digitales), au marketing produits (mission packagées, support fiches produits, modes opératoires et outils missions), à la transmission d’outils progiciel marque (CRM / facturation / pilotage missions). La redevance correspond avant tout au support et à l’animation réseau, avec notamment un support au lancement de l’agence (par équipe animation BDDD), à la prospection et au métier tout le long du contrat, ainsi que l’organisation de réunions et de séminaires.

 

Pourquoi la franchise est-elle un avantage pour ces cadres, par rapport au freelancing classique ?

Le marché actuel évolue fortement, et en son sein, la dimension de marque est de plus en plus importante. La nôtre compte plus de 1 500 références clients – c’est une garantie de confiance et de crédibilité, lorsqu’il s’agit de s’adresser à un chef d’entreprise. Au-delà, les franchisés viennent chercher toute une boite à outils : avant de les réaliser, ils doivent commencer par vendre leurs missions, et nous avons développé pour cela des outils de communication et de prospection leur permettant de le faire plus facilement. Par rapport à la réalisation des missions, nous avons aussi mis en place une batterie d’outils.

Avec un réseau, pas besoin de créer un site web, de réaliser des contenus, de construire une offre – tout est déjà en place, à disposition, afin de travailler tout de suite sur le terrain. La majorité de nos franchisés nous indiquent qu’en ayant intégré le réseau, ils ont gagné beaucoup de temps pour le lancement commercial de leur agence, et ont pu atteindre des niveaux de chiffre d’affaires supérieurs à ce qu’ils auraient pu atteindre s’ils étaient restés seuls.

 

Quels sont vos objectifs de développement ?

Nous intégrons actuellement deux à trois nouveaux franchisés chaque mois, et nous avons pour objectif de passer le cap des 100 agences en 2020, et d’en compter 150 d’ici 2022. Mais nous avons aussi énormément de projets à l’étranger. Nous sommes déjà implantés depuis 2017 à Barcelone, sous la marque « La Mano Derecha », et nous y avons ouvert une agence (où travaillent 4 collaborateurs) – elle nous servira de base pour nous développer dans l’ensemble de l’Espagne d’ici fin 2019. Nous comptons aussi nous développer dans d’autres pays à partir de 2020, à travers le modèle de master franchise, notamment en Colombie et au Québec.

 
 

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires