Analyses magasins-de-jouet-devenir-franchisé-officiel-de-la-franchise

Secteur du jouet : en 2021, le marché renoue avec la croissance

, par Camille Boulate

Malgré les doutes concernant les approvisionnements, le secteur du jouet a repris des couleurs en 2021. Après une année 2020 très chahutée, les enseignes en franchise affichent un certain optimisme pour les mois à venir.

Ce n’était pas gagné d’avance. Même si le marché du jouet n’a jamais subi l’arbitrage des foyers français depuis le début de l’épidémie de la Covid-19, les doutes concernant l’approvisionnement durant les fêtes de fin d’année auraient pu impacter les bonnes performances des enseignes se développant en franchise. Pour autant, les chiffres 2021 sont positifs. C’est le constat du panel distributeurs The NPD Group qui vient de dévoiler les performances du secteur pour l’année 2021. Ainsi, en 2021, le marché affiche une croissance de 3 %.

“Cela signifie que pour la première fois, le chiffre d’affaires a passé la barre des 3,7 milliards d’euros en France. Après une année sans croissance en 2020, ce rebond prouve une nouvelle fois l’importance que les consommateurs de tous âges portent aux jeux et jouets”, indique Frédérique Tutt, expert monde du marché du jouet pour The NPD Group.

Une bonne nouvelle pour les candidats à la franchise attirés par le secteur !

À LIRE AUSSI : Jouets : les magasins contribuent à la bonne santé du secteur

Anticipation

À fin septembre 2021, le marché affichait déjà une croissance de 4 % mais faisait face à certaines incertitudes liées aux approvisionnements et à l’augmentation des coûts du transport. “La saison a bénéficié de l’anticipation combinée des consommateurs et des distributeurs. Les mois d’octobre et novembre ont été très forts par rapport à 2020, période pendant laquelle les magasins avaient dû fermer. Cette année, alertés sur les problèmes de pénuries, tous les acteurs de la filière se sont organisés pour protéger la période la plus importante de l’année et les consommateurs prévoyants ont effectué leurs achats plus tôt”, détaille Frédérique Tutt.

Plus d’informations : Ouvrir une franchise dans le secteur des jouets

Optimisme de vigueur

Dans ce contexte positif mais toujours incertain, les enseignes évoluant en franchise restent toutefois optimistes. Surtout que les consommateurs n’ont pas déserté les magasins physiques spécialisés dont l’activité a progressé de 9 % sur l’année. Les hypermarchés, quant à eux, se sont maintenus avec une légère baisse de 1 %. Les ventes en ligne, qui avaient logiquement augmenté en 2021, ont reculé de 3 % par rapport à 2020. Mais le e-commerce enregistre une hausse de 32 % par rapport à 2019, tous distributeurs confondus (pureplayers, magasins spécialisés, hypermarchés, etc.)

“Les bonnes performances des spécialistes de l’année 2021 clôturent un cycle de restructuration. Les consommateurs plébiscitent les magasins physiques dont la progression s’établit à 9 %. Dans le même temps, la partie Internet progresse très fortement, permettant aux enseignes de prendre leur part dans les performances exceptionnelles des ventes en lignes de ces deux dernières années”, souligne Romain Mulliez, co-président de la Fédération des commerces spécialistes des jouets et produits de l’enfant (FCJPE).

À LIRE AUSSI : L’Autorité de la Concurrence valide la reprise de Maxitoys par King Jouet

Jeux et puzzle plébiscités

Parmi les références les plus plébiscitées, 8 des 11 catégories étudiées par The NPD affichent une progression des ventes par rapport à 2020. Dans les catégories les plus demandées, les jeux et les puzzles constatent une hausse de 12 %, portés par les cartes stratégiques (notamment Pokemon qui fête leurs 25 ans cette année) et qui ont doublé leurs ventes en un an. Les jeux de société (+ 2 %) ont su maintenir leur niveau de ventes extraordinaire atteint pendant l’année 2020 et les différents confinements. Les peluches, très touchées l’année dernière, ont en partie rattrapé leur recul et affiche une hausse de 12 % en 2021. Portés par les Lego, les jeux de construction ont vu leurs ventes augmenter de 7 %, notamment grâce aux licences et à l’innovation.

Camille Boulate

Camille Boulate


Sur le même thème