Se lancer en franchise loi doubin

La loi Doubin

, par La Rédaction

Codifié aujourd’hui dans le code de commerce, le premier article de la loi Doubin du 31 décembre 1989 visait à assurer la transparence de l’offre en matière de commerce organisé, quelle que soit la formule juridique adoptée. Voici le texte mis à jour dans le code ainsi que les articles qui en permettent l’application.

Article L. 330-3 du code de commerce
(Issu de la loi n°89-1008 du 31 décembre 1989 relative au développement des entreprises commerciales et artisanales et à l’amélioration de leur environnement économique, juridique et social.)
Toute personne qui met à la disposition d’une autre personne un nom commercial, une marque ou une enseigne, en exigeant d’elle un engagement d’exclusivité ou de quasi-exclusivité pour l’exercice de son activité, est tenue, préalablement à la signature de tout contrat conclu dans l’intérêt commun des deux parties, de fournir à l’autre partie un document donnant des informations sincères, qui lui permette de s’engager en connaissance de cause.
Ce document, dont le contenu est fixé par décret, précise notamment l’ancienneté et l’expérience de l’entreprise, l’état et les perspectives de développement du marché concerné, l’importance du réseau d’exploitants, la durée, les conditions de renouvellement, de résiliation et de cession du contrat ainsi que le champ des exclusivités.
Lorsque le versement d’une somme est exigé préalablement à la signature du contrat mentionné ci-dessus, notamment pour obtenir la réservation d’une zone, les prestations assurées en contrepartie de cette somme sont précisées par écrit, ainsi que les obligations réciproques des parties en cas de dédit.
Le document prévu au premier alinéa ainsi que le projet de contrat sont communiqués vingt jours minimum avant la signature du contrat ou, le cas échéant, avant le versement de la somme mentionnée à l’alinéa précédent.
Articles R. 330-1 et R. 330-2 du code de commerce
(Issus du décret d’application n° 91-337 du 4 avril 1991 portant application de l’article premier de la loi n° 89-1008 du 31 décembre 1989.)
Article R. 330-1
Le document prévu au premier alinéa de l’article L. 330-3 contient les informations suivantes :
1 – L’adresse du siège de l’entreprise et la nature de ses activités avec l’indication de sa forme juridique et de l’identité du chef d’entreprise s’il s’agit d’une personne physique ou des dirigeants s’il s’agit d’une personne morale ; le cas échéant, le montant du capital ;
2 – Les mentions visées aux 1° et 2° de l’article R. 123-237* ou le numéro d’inscription au répertoire des métiers ainsi que la date et le numéro d’enregistrement ou du dépôt de la marque et, dans le cas où la marque qui doit faire l’objet du contrat a été acquise à la suite d’une cession ou d’une licence, la date et le numéro de l’inscription correspondante au registre national des marques avec, pour les contrats de licence, l’indication de la durée pour laquelle la licence a été consentie ;
3 – La ou les domiciliations bancaires de l’entreprise. Cette information peut être limitée aux cinq principales domiciliations bancaires ;
4 – La date de création de l’entreprise avec un rappel des principales étapes de son évolution, y compris celle du réseau d’exploitants, s’il y a lieu, ainsi que toutes indications permettant d’apprécier l’expérience professionnelle acquise par l’exploitant ou par les dirigeants.
Les informations mentionnées à l’alinéa précédent peuvent ne porter que sur les cinq dernières années qui précèdent celle de la remise du document. Elles doivent être complétées par une présentation de l’état général et local du marché des produits ou services devant faire l’objet du contrat et des perspectives de développement de ce marché.
Doivent être annexés à cette partie du document les comptes annuels des deux derniers exercices ou, pour les sociétés dont les titres financiers sont admis aux négociations sur un marché réglementé, les rapports établis au titre des deux derniers exercices (…) ;
5 – Une présentation du réseau d’exploitants qui comporte :
A – La liste des entreprises qui en font partie avec l’indication pour chacune d’elles du mode d’exploitation convenu ;
B – L’adresse des entreprises établies en France avec lesquelles la personne qui propose le contrat est liée par des contrats de même nature que celui dont la conclusion est envisagée ; la date de conclusion ou de renouvellement de ces contrats est précisée.
Lorsque le réseau compte plus de cinquante exploitants, les informations mentionnées à l’alinéa précédent ne sont exigées que pour les cinquante entreprises les plus proches du lieu de l’exploitation envisagée ;
C – Le nombre d’entreprises qui, étant liées au réseau par des contrats de même nature que celui dont la conclusion est envisagée, ont cessé de faire partie du réseau au cours de l’année précédant celle de la délivrance du document. Le document précise si le contrat est venu à expiration ou s’il a été résilié ou annulé ;
D – S’il y a lieu, la présence, dans la zone d’activité de l’implantation prévue par le contrat proposé, de tout établissement dans lequel sont offerts, avec l’accord exprès de la personne qui propose le contrat, les produits ou services faisant l’objet de celui-ci ;
6 – L’indication de la durée du contrat proposé, des conditions de renouvel­lement, de résiliation et de cession, ainsi que le champ des exclusivités.
Le document précise, en outre, la nature et le montant des dépenses et investissements spécifiques à l’enseigne ou à la marque que la personne destinataire du projet de contrat engage avant de commencer l’exploitation.
Article R. 330-2
Est puni des peines d’amende prévues par le 5° de l’article 131-13** du code pénal pour les contraventions de la cinquième classe le fait de mettre à la disposition d’une personne un nom commercial, une marque ou une enseigne en exigeant d’elle un engagement d’exclusivité ou de quasi-exclusivité pour l’exercice de son activité sans lui avoir communiqué, vingt jours au moins avant la signature du contrat, le document d’information et le projet de contrat mentionnés à l’article L. 330-3.
En cas de récidive, les peines d’amende prévues par le 5° de l’article 131-13**
du code pénal pour les contraventions de la cinquième classe commises en récidive sont applicables.  
* Le numéro unique d’identification de l’entreprise et la mention RCS (Registre du commerce et des sociétés) suivie du nom de la ville où se trouve le greffe où la personne est immatriculée.
** 1 500 euros au plus pour les contraventions de la 5e classe, montant qui peut être porté à 3 000 euros en cas de récidive lorsque le règlement le prévoit, hors les cas où la loi prévoit que la récidive de la contravention constitue un délit.

La Rédaction


Sur le même thème


Vos réactions (5)

  1. L’aura du cannibale – L'Officiel de la Franchise, le

    […] a souhaité depuis bientôt 30 ans poser des bases saines à la construction de votre réflexion. La loi Doubin (article L.3330-3 du Code de commerce) impose au franchiseur de fournir aux candidats les informations qui leur permettront de prendre […]

  2. Que se passe-t-il à la fin du contrat ? – L'Officiel de la Franchise, le

    […] en amont. “Tout peut être négocié. Il n’y a pas vraiment de loi sur la franchise. Même la loi Doubin a été vidée de sa substance, notamment par la jurisprudence, qui devient de plus en plus […]

  3. BoConcept : gare à l’ingérence du franchiseur ! – L'Officiel de la Franchise, le

    […] celle de certains éléments du contrat, sur de nombreux points, l’enseigne ne respecte pas la loi Doubin ni certains des principes fondamentaux de la franchise. En réponse à cette remarque, Lars Hovang, […]

  4. Lady Fitness : prison ferme pour escroquerie – L'Officiel de la Franchise, le

    […] pour le franchiseur de ne pas connaître le passé de son associé, ne serait-ce que parce que la loi Doubin exige que les fondateurs exposent leurs parcours aux candidats. La liquidation judiciaire du groupe […]

  5. Comment bien réussir son lancement en franchise ? – L'Officiel de la Franchise, le

    […] trouverez ci-dessous une liste des actions ou documents nécessaires pour respecter la loi Doubin  (article L.330-3 du code du commerce) qui intervient en franchise. Mais aussi pour assurer […]

Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires