Actualités devenirfranchisé-enquête-officieldelafranchise

43 % des Français envisagent d’entreprendre en franchise  

, par Camille Boulate

La Fédération française de la franchise et la Banque Populaire ont dévoilé leur traditionnelle enquête annuelle. Pour cette 18e édition, 400 franchisés et 129 franchiseurs ont été interrogés entre septembre et novembre derniers. Les résultats montrent une nouvelle fois la résilience de ce modèle entrepreneurial.

Ce n’est plus à prouver : la crise aura démontré la solidité du modèle de la franchise. La nouvelle enquête réalisée par la Fédération française de la franchise (FFF) et la Banque Populaire pointe à nouveau la résilience de ce modèle entrepreneurial. En effet, 70 % des franchisés estiment avoir mieux résisté à la crise qu’un commerçant isolé (+ 3 pts vs 2020). Aussi, 9 franchisés sur 10 se déclarent satisfaits de l’accompagnement mis en place leur franchiseur depuis deux ans. “C’est un chiffre formidable compte tenu de la crise sans précédent que nous avons vécu, insiste Florence Soubeyran, responsable des marchés commerce et franchise au sein de la Banque Populaire. Les franchiseurs se sont vraiment mobilisés pour accompagner au mieux leurs franchisés.”

À LIRE AUSSI : Devenir franchisés : quels secteurs sont les plus financés ?

1 franchisé sur 2 change de secteur d’activité

Cette 18e édition de l’enquête annuelle montre que de plus en plus de Français semblent séduits par le modèle de la franchise. Sur les 28 % des Français qui aimeraient créer leur entreprise, 43 % souhaitent le faire en franchise.

“C’est un modèle rassurant pour les porteurs de projet. C’est aussi un fabuleux levier pour changer de secteur mais également de région”, souligne Bertrand Magnin, directeur du développement Banque Populaire.

En effet, selon les chiffres de l’enquête annuelle, un quart des franchisés changent de région pour lancer leur activité et 53 % entreprennent dans un secteur différent de leur activité professionnelle précédente. Surtout, 7 répondants sur 10 étaient d’anciens salariés. Par ailleurs, les candidats à la franchise ont en moyenne 36 ans lorsqu’ils ouvrent leur premier point de vente et 60 % d’entre eux sont des hommes. Côté performances, le chiffre d’affaires médian, selon l’enquête, s’élève à 500 000 euros, pour un revenu net annuel moyen de 37 000 euros.

À LIRE AUSSI : Commerce spécialisé : de meilleures performances en 2021

Importance de la RSE

Autre enseignement de cette 18e édition : l’équilibre entre la reprise (48 % des projets) et la création (52 %) d’entreprise qui semble progressivement s’installer. “Cela montre que le modèle est mâture. De plus en plus de réseaux sont dans une logique de transmission”, témoigne Florence Soubeyran. Parmi les points passés au crible par les futurs franchisés avant de choisir une enseigne, la rentabilité (83 %), l’antériorité (82 %) et la déontologie du réseau (69 %) sont les aspects les plus cités. Arrivent ensuite les outils collaboratifs (61 %) et la politique RSE de l’enseigne visée(38 %).

“Ce dernier point devient de plus en plus important, tant pour les franchisés mais aussi pour les consommateurs. Les franchiseurs l’ont également bien en tête puisqu’ils sont désormais 71 % à proposer une offre éco-responsable. Il y a fort à parier que cette dimension prendra encore plus de l’ampleur aux yeux des candidats au fil des années pour leur choix final”, décrypte Florence Soubeyran.

Fait rassurant pour la FFF et la Banque Populaire, les franchisés semblent de plus en plus nombreux à se faire accompagner. “Par un acteur bancaire, mais pas seulement. Les candidats se tournent plus facilement vers des avocats, experts-comptables ou encore les notaires. Cela prouve que les futurs franchisés ont compris l’importance du DIP mais aussi du contrat, mais surtout des droits et devoirs inhérents”, insiste Florence Soubeyran.

À LIRE AUSSI : Assises du Commerce : “On ne luttera pas contre la progression inéluctable du digital”

68,8 milliards d’euros de CA

La présentation des résultats de l’enquête annuelle a été aussi l’occasion pour la Fédération française de la franchise de revenir sur le poids économique de ce modèle. En 2021, ce sont 1 965 réseaux qui se développent en France, soit une hausse de 2 % par rapport à l’année précédente. Toutefois, ce chiffre est en baisse (-4 %) par rapport à 2019.

“Cela signifie simplement que le secteur se rationnalise. Des réseaux, plus faibles avant la crise, ont en effet disparu ou ont fusionné avec d’autres. Mais on constate un vrai dynamisme général”, analyse Véronique Discours-Buhot, déléguée générale de la Fédération française de la franchise.

Le marché, en 2021, a réalisé 68,8 milliards de chiffre d’affaires (+ 7,7 % vs 2020 et +1,5 % vs 2021). Parmi les secteurs les plus porteurs, l’alimentaire arrive en tête avec 24,13 milliards de CA en 2021 Suivent ensuite l’équipement de la maison (8,99 milliards de CA), le commerce divers (6,75 milliards de CA), la restauration rapide (6,29 milliards de CA) et enfin l’équipement de la personne (5,5 milliards de CA).

À LIRE AUSSI : Franchise Expo Paris : Infopro rafle l’appel d’offre

40 ans de Franchise Expo Paris

La Fédération française de la franchise a également évoqué la prochaine édition de Franchise Expo Paris, qui se tiendra Porte de Versailles du 20 au 24 mars prochains. Après une édition 2021 réalisée il y a moins de 6 mois, la FFF a souhaité revenir à la date historique de l’événement. “Le conseil d’administration a fait le choix de ne pas attendre un an entre les deux éditions, a expliqué Véronique Discours-Buhot. L’évènement reste très attractif et permet de faire venir les candidats.” D’autant plus que cette année, la FFF fête ses 50 ans et souffle les 40 bougies du salon Franchise Expo Paris.

Pour cette nouvelle édition, nous enregistrons à date plus de 450 exposants, dont 92 primo-exposants et 88 acteurs internationaux. Nous espérons accueillir au moins 25 000 visiteurs comme en septembre”, confie Véronique Discours-Buhot.

Aussi, l’un des défis de la FFF à travers le salon Franchise Expo Paris reste de promouvoir ce modèle entrepreneurial pour lequel trop de méconnaissances persistent, selon la déléguée générale. “Nous souhaitons faire comprendre qu’il s’agit d’un modèle vertueux et important, d’autant plus en période d’incertitude comme celle que nous connaissons depuis deux ans. La franchise est parfois perçue de manière trop réductrice. Notre travail est vraiment de montrer les forces de ce modèle.”

Camille Boulate

Camille Boulate


Sur le même thème