Actualités Format WEB  (12)

Coronavirus : commerçants, les bons d’achat peuvent sauver votre trésorerie !

, par La Rédaction

Avec le confinement qui sera prolongé au-delà du 15 avril, les commerçants et les restaurateurs feront face à une perte de chiffre d’affaires plus importante que prévue. Dans ce contexte, des initiatives fleurissent pour soutenir les chefs d’entreprise, comme ces plates-formes permettant l’obtention de bons d’achat. Explications.

La période est historique et l’impact sur le commerce est catastrophique, comme en témoigne les premiers chiffres publiés à propos de l’activité des commerçants sur le mois de mars. Ainsi, la fédération du commerce spécialisée Procos annonçait une baisse de l’activité de 96 % depuis le début du confinement et une chute de 55 % sur la globalité du mois de mars, par rapport à la même période l’année dernière. Face à cette situation inédite, les commerçants doivent trouver des solutions pour pallier le manque de chiffre d’affaires. Depuis quelques jours, des initiatives ont vu le jour comme les plates-formes Jaimemonbistrot.fr ou Sauvonsnoscommerces.com. Le principe est simple : permettre aux consommateurs de soutenir leurs commerçants de proximité grâce à l’acquisition de bons d’achat utilisables dès la fin du confinement. CHD Expert, spécialisé dans l’élaboration d’études économiques sur le secteur de la restauration et partenaire de J’aimemonbistrot.fr nous explique que cette opération de soutien vis-à-vis des restaurateurs a déjà la cote. “L’initiative a été lancée en début de semaine. En deux jours, 3 000 restaurants étaient déjà inscrits, confie Nicolas Nouchi, directeur des études chez CHD Expert. L’objectif est vraiment de soutenir les restaurateurs dans cette période compliquée.” Même philosophie du côté de Sauvonsnocommerces.com lancée par Mathieu Maure, ancien directeur marketing  Europe d’Uber Eats. “Notre idée était de trouver une solution pour accompagner les commerçants. Donc nous avons réfléchi et créé une association dans laquelle développeurs, designer, ou encore avocats ont investi de leur temps pour monter la plate-forme. Résultat, depuis quelques jours nous avons amorcé une phase de test, durant laquelle une centaine de commerçants se sont inscrits et 1 000 euros de bons d’achat ont été achetés”, nous explique Mathieu Maure.

À LIRE AUSSI : Coronavirus et restauration : “26 millions de repas s’envolent quotidiennement depuis le début du confinement”

Aucun surcoût

Pour le commerçant, tout est simple. Il suffit de s’inscrire sur les plates-formes et de rentrer les informations demandées. “Cela ne leur coûte rien. Nous ne prenons aucune commission. C’était très important que 100 % de ce que les clients donnent reviennent aux commerçants”, insiste Mathieu Maure. Pour récupérer l’argent versé par les consommateurs via Sauvonsnoscommerces.com, les commerçants n’ont rien à faire. “La société Lydia, spécialisée dans les paiements sécurisés sur Internet, est notre partenaire. Une fois que le commerçant a justifié son identité auprès de Lydia (en envoyant son Kbis, sa carte d’identité, le Rib de la société mais aussi son numéro de TVA et de Siren), les sommes récoltées lui sont versées automatiquement une fois par jour”, détaille le co-fondateur de la plate-forme. Destinées à l’ensemble des commerçants et restaurateurs, ces initiatives peuvent véritablement vous aider, en tant que franchisés, à conserver une trésorerie, à garder le contact avec votre clientèle mais aussi à anticiper la relance en assurant un minimum de flux dans vos points de vente. “C’est aussi une façon pour les commerçants de garder le moral en voyant les mots de réconfort que les clients publient en achetant leurs bons d’achat. Et mine de rien, ce n’est pas négligeable durant cette période difficile, cela leur permet de garder espoir pour la suite”, insiste Mathieu Maure. Le co-fondateur de Sauvonsnoscommerces.com espère convaincre 10 000 commerçants de rejoindre sa plate-forme d’ici les quinze prochains jours. “Quand on voit l’engouement, on se dit que c’est possible, affirme-t-il. Le montant moyen des achats s’élève à 80 euros, ce qui est élevé. Cela montre l’attachement des clients à leurs commerces de proximité.” Alors, n’hésitez plus !

 

Plus d’informations sur jaimemonbistrot.fr et sauvonsnoscommerces.com

Avatar

La Rédaction


Sur le même thème