Actualités keep-cool

Fermeture des salles de sport : les acteurs du secteur dans l’incompréhension

, par Camille Boulate

Actée hier lors du discours d’Olivier Véran, la fermeture des salles de sport dans les zones d’alerte rouge et maximale passe mal auprès des enseignes du secteur. Témoignages.

Les nouvelles mesures annoncées ce mercredi 23 septembre par le ministre de la Santé ont pris de court beaucoup d’enseignes. En effet, lors de son allocution hebdomadaire, Olivier Véran a présenté plusieurs axes destinés à freiner la progression de l’épidémie de Covid-19, en hausse depuis quelques semaines. Ainsi, plusieurs départements ont été placés en niveau d’alerte rouge, dont Paris et la petite couronne. D’autres, comme Marseille et la Guadeloupe, ont été placés en état d’alerte maximale. Conséquence : un durcissement des mesures à appliquer sur ces territoires. Parmi elles, la fermetures des salles de sport et des gymnases dès lundi prochain pour une durée de 15 jours. Une décision qui passe mal auprès des différents acteurs du secteur. “Au regard des efforts que nous avons fait au niveau de nos clubs, des gestes barrières que nous avons imposé, c’est un coup dur pour la profession”, estime Frédéric Poty, directeur associé du développement de l’enseigne L’Appart Fitness. “Nous sommes déçus de cette annonce, abonde Thomas Monnier, directeur général adjoint du réseau Keep Cool. Nous ne comprenons pourquoi les salles de sport sont spécifiquement visées. Depuis la réouverture, nous avons eu 2,5 millions de passages dans nos établissements. Que cela soit du côté des adhérents ou des salariés, nous n’avons eu que 25 cas positifs au Covid-19 et cas contacts. En matière de pourcentage, c’est dérisoire.”

À LIRE AUSSI : Déconfinement : les acteurs du fitness en attente d’une réouverture 

Protocole efficace

Tous les acteurs que nous avons interrogés nous l’ont assuré : les protocoles mis en place dans les salles de sport sont efficaces et les clients appliquent l’ensemble des règles sanitaires déployées. “Aucun cluster n’a été déclaré dans les salles de fitness. Nous avons donc du mal à comprendre cette décision à laquelle on ne s’attendait absolument pas, insiste Philippe Herbette, PDG de Fitness Park Group. Nous aimerions bien comprendre quels critères ont été pris en compte.” Avec les acteurs de la restauration, le secteur du fitness est l’un des seuls marchés concernés par le durcissement des règles. En effet, Olivier Véran a expliqué lors de son discours hebdomadaire que les salles de cinéma, les théâtres ou encore les centres commerciaux pourraient continuer leur activité. “On a le sentiment d’être pointé du doigt alors que depuis des mois il est clairement dit que pour vaincre le virus il faut être en bonne santé et faire du sport. C’est incohérent”, affirme Thomas Monnier. “Ce n’est pas plus dangereux de venir chez nous que de prendre les transports en communs”, ajoute Frédéric Poty.

À LIRE AUSSI : Franchise Expo Paris 2020 n’aura pas lieu cette année

Difficultés économiques

À l’incompréhension des enseignes, s’ajoute la crainte de voir les difficultés économiques s’intensifier. “Il a déjà été difficile de remettre en marche la machine et nous n’avons pas encore retrouvé notre activité d’avant crise, explique Philippe Herbette. Donc ce n’est pas avec ces fermetures imposées que nous allons y parvenir.” Au total, sur les 250 clubs de l’enseigne, près de deux tiers vont être contraints de fermer temporairement leurs portes. “Nous mettons tout en œuvre, par l’intermédiaire de notre fédération, pour infléchir cette décision. Il est hors de question que nous fermions nos établissements. Certains maires ont déjà fait savoir qu’ils n’étaient pas en accord avec cette nouvelle mesure”, insiste Philippe Herbette. De son côté, Frédéric Poty explique que sur la centaine d’établissements L’Appart Fitness, 33 seront en capacité de rester ouverts. “Nous allons mettre en place des cours en visio, comme au printemps dernier, et déployer des compensations tarifaires pour les clients”, explique-t-il. Chez Keep Cool, 1/3 des clubs sont également concernés par les fermetures. “Nous avions élaboré un plan de reconfinement qui va nous permettre de déployer une plate-forme ‘video on demand’ afin de proposer des cours vidéo. Dès lundi, nous reprendrons des cours en live sur Facebook et nous allons proposer des ‘small group training’ en extérieur, évidemment limité à 10 personnes”, insiste Thomas Monnier.

Camille Boulate

Camille Boulate


Sur le même thème