Actualités Franprix Andrésy (Yvelines)

Franprix Andrésy (Yvelines)

Franprix : “Notre enseigne se doit d’être une marketplace de proximité”

, par Nicolas Monier

Emmanuel de Courrèges, directeur de la franchise au sein de Franprix, revient pour l’Officiel de la Franchise sur les développements à venir. La filiale du groupe Casino recherche de nouveaux porteurs de projet.

Pouvez-vous nous donner une carte d’identité rapide du parc de magasins partenaires Franprix ?

A l’instant T, l’enseigne, c’est 230 partenaires pour un parc d’environ 500 points de vente. Nos partenaires ont choisi de nous rejoindre sous la forme de la location gérance pour quelque 85 d’entre deux. Mais nous comptons en majorité des franchisés ayant de un à trois magasins. Puis deux gros masters franchisés possédant respectivement 30 et 100 supermarchés. La taille de nos points de vente oscille entre 150 et 700 m² mais la moyenne se situe autour de 350 m² pour Paris et l’Île-de-France

Pour le moment, l’enseigne est essentiellement implantée à Paris, c’est bien cela ?

Oui, tout à fait. Nous sommes majoritairement présents à Paris et en petite et grande banlieue. En régions, nous avons des implantations dans des villes comme Lyon, Nîmes, Valence, Rouen ou encore Reims. En revanche, nous avons des axes de développement très forts à mettre entre en place entre 2021 et 2022. Une période qui devrait nous permettre d’ouvrir au moins 150 points de vente. Et cela, principalement en franchise.

Quels profils de candidats recherchez-vous ?

Bien évidemment, je ne vous cache pas que nous recherchons des profils issus de la grande distribution. Anciens de super ou hypermarché. Mais nous regardons également des candidats ayant une expérience différente, notamment ceux de la restauration. N’oubliez pas que nous proposons des services de petite restauration. C’est donc un plus pour pouvoir nous rejoindre. Le commerce évolue. Le point de vente se transforme de plus en plus en marketplace de proximité en pied d’immeuble. Cela peut être via un partenariat avec la Française des jeux ou un point pick-up, etc. Le magasin change. Mais nous recherchons en tous les cas des entrepreneurs ayant une forte implantation locale.

A LIRE AUSSI : Guillaume Lucas (Vinci Immobilier) : “Nous souhaitons redensifier les centres commerciaux existants”

Quel emplacement privilégiez-vous ?

Nous sommes une enseigne ayant un axe de développement essentiellement urbain. Mais comme je vous le disais plus haut, le futur chef d’entreprise doit être un acteur local qui connaît sa clientèle.

Quelles sont les conditions financières pour pouvoir vous rejoindre ?

En location gérance avec rachat à terme du fonds de commerce, il faut, pour se lancer, compter 6 000 euros de frais de dossier plus un apport personnel de 50 000 euros. En franchise, l’enveloppe globale oscille entre 300 000 et 700 000 euros.

Combien de temps dure la formation chez Franprix ?

Tout dépend. Cela peut varier de un à trois mois en fonction de l’expérience du porteur de projet. C’est un parcours sur-mesure dispensé au sein de notre académie Mandarine. Puis le candidat part en immersion au sein de deux magasins écoles tenus par des franchisés volontaires. Nous avons également un ‘acadibus’ qui se déplace dans les différents points de vente pour assurer des formations ciblées.

A LIRE AUSSI : Bercy assigne Intermarché pour pratiques commerciales abusives

Recherchez-vous des profils investisseurs ou des candidats axés sur l’opérationnel pur ?

Pour ce qui est de la location-gérance, la question ne se pose pas. Ce sont des chefs d’entreprises opérateurs du matin au soir dans leur point de vente. Pour ce qui est de la franchise, nous encourageons la montée en puissance avec plusieurs magasins. Mais après plusieurs années, une fois que la première équipe est bien drivée. Car le profil investisseur ne fait pas partie de l’ADN pour ce qui est de notre développement en franchise.

Franprix, c’est aussi une enseigne qui se déploie en propre ?

Oui, tout à fait. C’est un peu plus de 350 magasins intégrés. Ce qui nous permet de tester en permanence des concepts et d’éprouver des modèles économiques et organisationnels. En matière d’implantations, nous avons des points de vente ultra visibles à Paris qui peuvent être tenus par des franchisés. Ce que je veux vous dire c’est qu’il n’y a pas de stratégie d’implantation pour les intégrés qui serait différente de celle pour nos franchisés. On teste de nouvelles choses en permanence. Certaines fois même en partenariat avec nos franchisés. Comme c’est le cas, en ce moment, avec une offre de vente en vrac de produits de marques au sein du magasin d’un couple de franchisés implanté à Andrésy (Yvelines).

A LIRE AUSSI : En février, le commerce se rattrape en centre-ville
Emmanuel de Courrèges

Emmanuel de Courrèges

Avatar

Nicolas Monier


Plus d'informations sur ce réseau :


Sur le même thème