Actualités JouéClub (Officiel de la franchise)

JouéClub fait un pas supplémentaire vers la seconde main

, par Nicolas Monier

Après un premier test en septembre 2021, le spécialiste du jouet JouéClub poursuit sur la voie de la seconde main, en élargissant son expérimentation à 31 magasins. Avant un déploiement national si l’opération s’avère concluante.

Le marché de la seconde main a le vent en poupe et JouéClub aussi se tourne vers ce nouveau mode de consommation. En septembre 2021, l’enseigne a réalisé un premier test avec la mise en place d’une offre d’occasion dans 4 magasins. Le groupement dirigé par Jacques Baudozen va désormais organiser une opération spéciale à partir du lundi 30 mai 2022, cette fois-ci dans 31 points de vente. À cette date et jusqu’au samedi 4 juin 2022, les clients auront la possibilité de rapporter les jouets dont ils ne veulent plus. Dans une deuxième phase, du 7 au 18 juin 2022, les jouets repris seront proposés dans un corner dédié au sein des magasins. Avec cette offre de reprise baptisée “troc O’ Joué”, l’enseigne fait donc un pas supplémentaire sur le marché de la seconde main.

Proposer des jouets d’occasion est un nouveau métier qui ne s’improvise pas. Dans le circuit classique, nous faisons une sélection, nous achetons en masse et nous disposons sur les rayons. Nous maîtrisons la chaine de valeur de A à Z. Ici, il faut tout apprendre : gérer la relation avec le client vendeur, savoir comment nous allons revendre les jouets (sans boite) et les disposer dans une zone dédiée”, explique Franck Mathais, porte-parole du groupement coopératif.

À LIRE AUSSI : Le marché du jouet en croissance de 5,3 %

Le client vendeur aura la possibilité, si son jouet est repris, de bénéficier d’un bon d’achat sécable valable un an. D’après le porte-parole de l’enseigne, la décote sur les jouets devrait être logiquement importante. “Ce sont des jouets qui ont déjà servis et certains ne sont plus commercialisés dans nos rayons”, poursuit Franck Mathais. Pour le moment, l’enseigne a choisi d’organiser des opérations spéciales, sur un calendrier précis, pour essayer d’être la plus cohérente vis-à-vis des clients. “Nous sommes encore dans une démarche empirique. Nous apprenons de test en test. S’il y a des réglages à faire, nous les ferons. Nous ne pouvons être déceptifs via à vis de nos clients, surtout sur ce marché de la seconde main qui n’est pas notre métier historique. Il nous a donc fallu résoudre certaines questions de norme ainsi que des problématiques juridiques ”, ajoute le porte-parole de JouéClub.

PLUS D’INFORMATIONS : Ouvrir une franchise dans le secteur des jouets

En fonction des résultats de cette expérience, JouéClub pourrait étendre son offre de jouets d’occasion à l’ensemble du réseau au niveau national. “Nous pouvons tout imaginer pour la suite. Mais nous prendrons le temps d’analyser les retombées de cette initiative et d’affiner le modèle afin de le rendre totalement pérenne, à la fois pour nos clients et pour nos magasins”, conclut Franck Mathais.

À LIRE AUSSI : Jouets Sajou, les petites villes comme terrain de jeux

Avatar

Nicolas Monier
Journaliste


Sur le même thème