Actualités Véronique Discours-Buhot, déléguée générale de la FFF.

Véronique Discours-Buhot, déléguée générale de la FFF.

La fédération française de la franchise interpelle les pouvoirs publics

, par Nicolas Monier

Face aux risques de fortes augmentations des coûts énergétiques qui pèsent sur les enseignes, la FFF, par la voix de sa déléguée générale, Véronique Discours-Buhot, appelle le gouvernement d’Elizabeth Borne à la mise en place de dispositifs d’urgence.

À l’instar d’autres organisations, la fédération française de la franchise (FFF) vient d’alerter le gouvernement sur le fait que l’augmentation massive du coût de l’énergie, sans action de sa part, aura des conséquences néfastes sur les enseignes d’ores et déjà fragilisés par “la hausse du prix des matières premières, des loyers ainsi que d’une pénurie sans précédent de main d’œuvre.” Et la FFF de rappeler que l’aide d’urgence “gaz et électricité”, dédiée aux entreprises, ne permettra pas de répondre aux attentes des enseignes. Car comme le précise la fédération, les conditions d’éligibilité de cette aide ne correspondent pas à la situation des entreprises. “La plupart consacre en effet moins de 3 % de son chiffre d’affaires à la facture énergétique : sur ce point, une référence à la marge aurait été plus opérante”, explique la FFF avant d’ajouter : “Par ailleurs, la référence à l’EBE de l’exercice 2021 n’est pas significative pour un certain nombre de secteurs fermés en 2021 à cause du Covid.”

La mise en place d’un guichet unique

Face à cette situation, la fédération française de la franchise, s’associant à la demande de Perifem, souhaite la mise en place de mesures structurelles, en concertation avec les États membres. Parmi ces dernières, la nécessité de remonter le plafond de l’Arenh à 120 TWh, de plafonner le prix du gaz utilisé pour la production de l’électricité et de plafonner le prix du marché spot (prix fixé pour une livraison immédiate). La FFF appelle également de ses vœux à “la mise en place, à titre exceptionnel, au titre de 2023, un tarif réglementé d’urgence accessible aux entreprises et fixé mensuellement à un niveau égal au coût moyen pondéré de la production électrique française.”

Pour la fédération, il est impératif de créer un guichet unique leur permettant d’acheter du matériel moins énergivore et d’investir dans des moyens techniques et technologiques. “Il devient urgent de prendre des mesures pour endiguer l’augmentation du prix de l’énergie pour les professionnels, les contrats à tarifs fixes arrivant à échéance à la fin de l’année. Certains commerces risquent de se retrouver avec des prix multipliés par cinq dès le mois de janvier 2023 !”, alerte Véronique Discours-Buhot, déléguée générale de la FFF.

À LIRE AUSSI : Vers une régulation des prix de l’électricité pour les entreprises ?

Avatar

Nicolas Monier
Journaliste


Sur le même thème