Actualités drive

Le Drive tout nu ou la franchise zéro déchet

, par Nicolas Monier

Fondé à Toulouse en 2018 par un ancien ingénieur agricole, le Drive tout nu a banni les emballages jetables. Après une première levée de fonds en 2020, la société souhaite évangéliser son concept éco-responsable via la franchise sociale.

Voilà un drive aux antipodes des modèles de la grande distribution. Sa particularité : le fait de récupérer vos courses via des bocaux en verre et des sacs en tissus lavables et réutilisables. Créé en 2018 par un couple de toulousains, le Drive tout nu souhaite bannir les emballages de notre quotidien.

Un premier entrepôt a vu le jour en 2018 à Toulouse. Un second en 2020. Période à laquelle la société a également levé 750 000 euros auprès d’investisseurs spécialisés dans le social et le solidaire. À la fin du mois de février, un troisième entrepôt en propre devrait également ouvrir dans la région toulousaine. Durant le premier trimestre, le Drive tout nu, agrémenté ESUS (Entreprise solidaire d’utilité sociale) prévoit également de lancer ses premiers entrepôts en franchise sociale. Une condition nécessaire pour pouvoir espérer rejoindre l’entreprise.

A LIRE AUSSI : Malgré la crise, Les Comptoirs de la Bio continue son expansion

“Nous travaillons, ici à Toulouse, avec des producteurs locaux qui se situent à moins de 100 km de nos entrepôts. Nos futurs franchisés devront être capables de pouvoir fournir 60 % des produits vendus issus d’un périmètre bien défini. Nous cherchons avant tout des candidats familiers avec ce type d’entreprises participatives pour co-construire ensemble un nouveau modèle”, explique Léa Robine, directrice de la communication au sein du Drive tout nu. La société reste encore discrète sur les conditions d’accès au réseau, tant en termes de droits d’entrées que de redevances. En 2021, au regard de l’évolution de la crise sanitaire, le Drive tout nu devrait lancer entre trois et quatre nouveaux entrepôts en franchise.  En 2022, la société espère ouvrir six nouveaux drives.

“Nos entrepôts doivent être péri-urbains. Ils font le lien entre le domicile et le travail de nos clients : à proximité des transports en commun, même si nous sommes en drive, et des voies routières”, précise Léa Robine.

A LIRE AUSSI : Nouvelle acquisition pour l’enseigne bio Le Marché de Léopold

À l’exception de la viande et du poisson, mais ce n’est qu’une question de temps, le Drive tout nu permet aux consommateurs d’avoir accès au plus large panel de produits disponibles.

Nous souhaitons nous développer en essaimant par grappes dans les différentes régions d’implantation”, note Léa Robine.

Le candidat à la franchise pourra ainsi détenir plusieurs entrepôts et jouer sur le maillage territorial, après un sourcing pointilleux des producteurs locaux, pour ainsi développer son activité.

A LIRE AUSSI : Bio c’Bon, l’histoire d’un rachat

Avatar

Nicolas Monier


Sur le même thème