Actualités Castex

Reconfinement : le gouvernement sort l’artillerie lourde pour aider les entreprises

, par Camille Boulate

Après l’allocution d’Emmanuel Macron hier soir et avoir présenté une partie des mesures ce matin à l’Assemblée Nationale, Jean Castex et le ministre de l’Économie Bruno Le Maire ont détaillé les aides destinées aux entreprises.

Mise à jour à 19 heures 50

Le gouvernement sort l’artillerie lourde pour aider les chefs d’entreprise. Après le reconfinement annoncé par le président de la République hier soir, Jean Castex a présenté diverses mesures devant l’Assemblée nationale ce matin. Prévu jusqu’au 1er décembre, le confinement acte, comme au printemps dernier, la fermeture des commerces non essentiels. Lors d’une nouvelle conférence de presse, le premier ministre, accompagné de ses ministres, dont Bruno Le Maire, ont détaillé les mesures d’aides destinées aux chefs d’entreprise.

À LIRE AUSSI : Face au Covid-19, Emmanuel Macron reconfine le pays jusqu’au 1er décembre

Ainsi, pour accompagner les entreprises dans cette nouvelle période difficile, tous les dispositifs de soutien déjà en place ont été renforcés. C’est le cas du chômage partiel, des exonérations de charges ou du PGE. Dans le détail, le gouvernement a annoncé que le Fonds de solidarité serait réactivé pour toutes les entreprises sans exception et renforcé pendant toute la durée du confinement. “C’est une soutien nécessaire, a précisé Bruno Le Maire. […] Toutes les entreprises et tous les commerces fermés pour fermeture administrative recevront une indemnisation pouvant aller jusqu’à 10 000 euros par mois.” Une aide qui est désormais étendue aux entreprises de moins de 50 salariés (contre 10 auparavant). Les entreprises spécifiques au tourisme, à l’événementiel, à la culture et au sport, même si elles ne ferment pas mais qu’elles subissent une perte de chiffre d’affaires d’au moins de 50 %, pourront également bénéficier de cette indemnisation.

Les autres entreprises de moins de 50 salariés, qui resteront ouvertes et qui subissent une baisse d’au moins 50 % de leur chiffre d’affaires bénéficieront aussi d’une aide mensuelle de 1 500 euros. “Cela concerne surtout les indépendants”, précise Bruno Le Maire. Au total, rien que pour le Fonds de solidarité, le gouvernement débloquera un montant de 6 milliards d’euros par mois de confinement. “C’est l’équivalent de ce qui a été dépensé depuis le mois mars”, a tenu à souligner le ministre de l’Économie et des Finances.

À LIRE AUSSI : Reconfinement : chômage partiel, mode d’emploi

Les exonérations totales de charges seront également maintenues pour toutes les entreprises de moins de 50 salariés. Les entreprises du tourisme, de l’événementiel, de la culture et du sport pourront également prétendre à ce soutien dès lors que leur chiffre d’affaires chute de 50 %. Enfin, pour les travailleurs indépendants, les prélèvements seront systématiquement suspendus, sans qu’aucune démarche ne soit à effectuer.

Le gouvernement a également annoncé que l’obtention d’un PGE pourrait se faire jusqu’au 30 juin 2021. “L’amortissement pourra être étalé entre 1 et 5 années supplémentaires pour toutes les entreprises qui en font la demande, avec des taux négociés entre 1 et 2,5 %, a indiqué Bruno Le Maire. Certaines entreprises ne seront pas en mesure de rembourser leur PGE dès le 1er mars prochain. Les chefs d’entreprise pourront en différer le remboursement pour un an supplémentaire. Concrètement, un restaurateur qui n’est pas en mesure de rembourser son PGE pourra, après examen, attendre 2022 avant de commencer son remboursement sans que cela ne soit considéré comme un défaut de paiement.”

À LIRE AUSSI : Assurances : face au confinement, les fédérations commerçantes alertent le gouvernement 

Enfin, l’un des points attendu concernait les loyers. Conscient du poids que cela représente dans les charges des entreprises, Bruno Le Maire a annoncé la création d’un crédit d’impôt à destination des bailleurs. “Même si vous avez un PGE et que les charges sont annulées, il reste les loyers qui sont une charge importante. Nous avons pris l’engagement de régler cette question et nous introduiront dans le projet de loi de finances 2021 un crédit d’impôt incitant les bailleurs à annuler les loyers. Cela concernera les entreprises de moins de 250 salariés qui sont fermées”, insiste Bruno Le Maire. Concrètement, tous les bailleurs qui accepteront de renoncer à au moins 1 mois de loyer sur les mois d’octobre, décembre et novembre pourront bénéficier d’une réduction d’impôt de 30 % sur ces montants. “Nous évaluons la dépense de ce crédit à près d’un milliard d’euro au total”, a souligné Bruno Le Maire.

Le ministre l’Économie et des Finances a également précisé que le gouvernement accompagnerait les entreprises dans leur digitalisation, notamment dans le déploiement de services numériques, tels que le click and collect ou d’un site Internet. “J’incite nos concitoyens à avoir une consommation économique patriotique et à aider nos petits commerçants”, a-t-il expliqué.

À LIRE AUSSI : Couvre-feu : le gouvernement au chevet des secteurs les plus touchés

Le gouvernement évalue le coût de l’ensemble de ces mesures à 15 milliards d’euros par mois de confinement. “Par souci de précaution, comme nous l’avons toujours fait, nous inscrirons dans le projet loi de finances rectificative une somme plus importante, soit 20 milliards d’euros, pour voir venir les difficultés éventuelles. L’économie française a des bases solides et a des capacités de rebond. Il faut croire en l’économie française, elle est puissante, agile, volontaire et elle réussira”, a conclut Bruno Le Maire.

Comme annoncé hier par Emmanuel Macron, la situation sera réévaluée dans 15 jours afin d’ajuster le dispositif et permettre à certains commerces de rouvrir.

Article réalisé en collaboration avec Nicolas Monier.

Camille Boulate

Camille Boulate


Sur le même thème