Actualités Bouquet Gatsby (Emova group) livré par UberEats.

Bouquet Gatsby (Emova group) livré par UberEats.

UberEats, désormais livreur de bouquets de fleurs

, par Nicolas Monier

Emova group cherche à multiplier les canaux de vente. Quoi de mieux que de s’associer avec le célèbre agrégateur à l’occasion de la Saint-Valentin.

Décidément, UberEats n’en finit plus de s’installer comme un acteur incontournable de la livraison. Ce dernier vient en effet de signer un partenariat avec Emova Group, propriétaire des enseignes Monceau Fleurs, Au nom de la rose, Happy et Cœur de Fleurs. Pour le client, la possibilité, depuis le 8 février dernier, de se faire livrer, à partir de trente euros, un bouquet de fleurs en trente minutes. La Saint-Valentin, traditionnelle fête des amoureux, est l’occasion idéale pour tester cette nouvelle offre. D’autant que le partenariat a vocation à durer dans le temps.

“Aujourd’hui, près de 85 % de nos magasins sont couverts par les zones de livraison d’UberEats. Depuis le lancement, 75 magasins se sont déjà inscrits sur la plate-forme de l’agrégateur. Tout se fait ensuite localement chez les magasins franchisés comme au sein des succursales. Nous avons juste, de notre côté, mis en place le deal avec UberEats”, explique Nicolas Dubois, directeur marketing & digital chez Emova Group.

A LIRE AUSSI :Le commerce online en hausse de 8,5 % sur 2020

Pour le fleuriste, l’occasion aussi est surtout de multiplier les canaux de vente. En effet, outre son propre site internet, Emova Group, via ses quatre marques, travaille d’ores et déjà avec d’autres acteurs traditionnels, notamment Interflora, pour ne citer que lui. “Nous nous devons d’aller là où nos clients ont l’habitude de se rendre pour consommer. UberEats est un acteur désormais incontournable sur le marché. Bien évidemment, nous avons souhaité réduire notre offre de bouquets. Ces derniers doivent être logiquement plus petits pour ne pas risquer d’abîmer les fleurs. Nous avons déjà l’habitude de travailler avec les coursiers de chez Stuart”, poursuit Nicolas Dubois.

A LIRE AUSSI :Drive et restauration rapide profitent de la crise sanitaire

Avatar

Nicolas Monier


Sur le même thème