Nouveauté [Vidéo] Vis ma Vie de franchisé chez Vivaservices
Actualites

Ker Juliette franchise ses galettes bretonnes

Jusqu’à présent connu pour ses six restaurants, répartis entre Paris, Nantes, Lille et Angers, le réseau Ker Juliette, fondé par Juliette Fontaine et son père en 2015, entend évangéliser son concept de crêperie partout en France. Le réseau, qui promet des plats à la minute, s’est d’ailleurs lancé en franchise en 2021 et recherche activement des candidats pour mailler tout le territoire. Explications avec sa fondatrice.

Une crêpe au sucre, deux finalement ! Cette phrase, Juliette Fontaine l’entend depuis 2015. Date à laquelle la cheffe d’entreprise, issue d’une école de commerce, a fondé le réseau Ker Juliette avec son père afin de bousculer les codes de la crêperie traditionnelle. Depuis, l’enseigne de restauration rapide reconnaissable à son logo bleu et jaune, dispose de six restaurants, dont trois rien qu’à Nantes (les autres étant répartis entre Angers, Lille et Paris) et propose autant de galettes que de crêpes à la carte pour satisfaire tous les gourmands.

Aujourd’hui, le réseau, qui s’est étoffé avec l’ouverture d’un nouveau restaurant à la gare de Nantes l’an dernier, devrait atteindre, d’ici fin 2022, un chiffre d’affaires de 1,5 millions d’euros”, explique ainsi Juliette Fontaine.

Et cette dernière d’ajouter : “Avec des établissements qui commencent enfin à dépasser leurs performances de 2019, celles d’avant Covid, c’est la preuve que notre concept plait à la clientèle et qu’il est possible de performer même pendant une situation économique compliquée”. Car l’objectif de la dirigeante est bel et bien, aujourd’hui, de mailler tout le territoire en recrutant ses premiers partenaires franchisés.

À LIRE AUSSI : Le Comptoir de Mamie Bigoude, une crêperie très rock ‘n’ roll

Ouvrir des franchises à l’Ouest de la France

Nous nous sommes ouverts à la franchise l’an dernier et nous sommes toujours à la recherche de signataires. En attendant de recruter ces franchisés, nous continuons à ouvrir des adresses en succursales pour stabiliser notre modèle économique et voir les forces et les faiblesses du concept afin de le perfectionner pour nos candidat(es). L’objectif donc, c’est d’ouvrir, selon la demande, dans les grandes et moyennes villes. Mais sur des destinations proches de Nantes et Paris et sur l’Ouest en général”, précise Juliette Fontaine. A noter que le siège social de l’enseigne est à Nantes et que les fondateurs souhaitent pouvoir se déplacer rapidement si besoin.

Néanmoins, si ces territoires sont privilégiés par l’enseigne, sa fondatrice précise que le concept peut être dupliqué n’importe où dans l’Hexagone : “Nous avons deux kiosques d’une superficie de moins de 20 m2, situés en gare et en centre-commercial, qui tournent très bien. Nous serons donc flexibles sur les typologies de restaurants. C’est d’ailleurs notre atout ! Autrement, nos restaurants avoisinent plutôt les 100 ou 150 m2 et sont implantés dans des zones tertiaires car nous fonctionnons plutôt sur le service du midi avec de la livraison et de la vente à emporter en complément”. En revanche, précise cette dernière :

“Les franchisés qui nous rejoindront devront s’implanter dans des zones où il y a une offre diversifiée de restauration ou qui présente une concurrence indirecte sur le marché de la crêperie”.

À LIRE AUSSI : La crêperie Kreisker déploie son réseau et recherche des partenaires

Enfin, il n’est pas nécessaire d’être issu de la restauration pour adhérer à Ker Juliette. “On leur demande simplement d’avoir un fort esprit commercial et entrepreneurial car nous recherchons des profils qui souhaitent faire progresser un fonds de commerce. Par conséquent, des futurs multi-franchisés en devenir”, note encore la fondatrice du réseau. Ces derniers seront ensuite formés durant un mois au siège de l’enseigne pour acquérir le savoir-faire de l’enseigne mais également au sein du restaurant pilote du réseau, à Nantes, aux cotés d’un manager pour maitriser la partie opérationnelle. Et ce, avant de pouvoir diriger une équipe de 5 à 6 personnes. “Sinon, l’équipe varie de 3 à 4 personnes, hors gérant, sur une unité de plus petite taille”, précise Juliette Fontaine.

Notez qu’il vous faudra disposer d’un apport global de 150 000 euros (hors fonds de commerce) pour ouvrir votre crêperie sous l’enseigne. Et ce autour d’un contrat de 7 ans, autour duquel il faut inclure des droits d’entrée de 20 000 euros et des redevances (6 % du CA). Une fois lancé, le franchisé peut espérer atteindre un chiffre d’affaires annuel compris “entre 400 000 et 700 000 euros pour un établissement moyen”, note la fondatrice de Ker Juliette. Et cette dernière de renchérir : “Notre concept est rentable. C’est du mono-produit. Il a largement fait ses preuves durant la crise sanitaire. De plus, nos galettes au sarrasin sont naturellement préparées sans gluten”.  Le ticket moyen est compris entre 13 et 15 euros. Par ailleurs, l’enseigne a mis en place une offre fidélité et a développé des formules petit-déjeuner et goûter. Prêts à enfiler le tablier de crêpier(re) ?

À LIRE AUSSI : Au P’tit Crêpe, la franchise qui a tout d’une grande

Ajouter un commentaire

Votre adresse IP ne sera pas collectée Vous pouvez renseigner votre prénom ou votre pseudo si vous êtes un humain. (Votre commentaire sera soumis à une modération)