Actualités Siben3

Avec son nouveau concept, Planet Sushi veut devenir “le Mcdo du sushi”

, par Fabien Soyez

Afin de s’adapter à de nouvelles pratiques de consommation, Planet Sushi s’apprête à transformer radicalement ses restaurants, en troquant un service à table traditionnel contre des plats en libre-service et une production automatisée. Un nouveau concept qui devrait être généralisé dans sa quarantaine de points de vente franchisés.

 

Planet Sushi, qui a fêté cette année ses 21 ans et qui vient de changer de directeur général, voulait renouveler son offre afin de se “rajeunir”. Comme l’explique Siben N’Ser, fondateur et PDG du groupe, “notre positionnement actuel remonte aux années 2000, et les codes ont changé. La mobilité, ainsi que les attentes des consommateurs en matière de rapidité de service et de diversité, nous forcent à nous transformer et à tendre vers la grande distribution, avec une offre plus mass market”.
 

Picking3
 

Plus de service à table, mais du libre-service

L’enseigne teste depuis octobre, dans un point de vente pilote à Puteaux (92), un nouveau concept de restaurant, avec un format tourné vers le libre-service et la livraison, et une identité visuelle plus moderne.

À l’origine de ce changement radical, un constat, effectué il y a trois ans environ, à l’occasion de la l’élaboration d’un “cahier des tendances” sur le fast food asiatique : “en proposant un service à table classique, nous n’étions pas à notre place. Et nous nous sommes rendus compte des problématiques liées à la restauration japonaise, qui sont reprochées par les consommateurs : une offre pléthorique (trop de choix, un parcours client compliqué), une attente trop longue et une qualité inconstante”, se souvient Siben N’Ser.

Le fondateur de Planet Sushi s’inspire alors des supermarchés sans caisse d’Amazon, ainsi que de l’enseigne londonienne Wasabi, et a l’idée d’un restaurant en libre-service. “Ce n’est ni un buffet avec des mets de piètre qualité, ni une épicerie avec des plats préparés : tout ce que nous proposons est frais et cuisiné sur place”, indique-t-il.

Concrètement, les sushis, les makis, les poke bowls, les salades, les wrap-sandwich et les plats japonais (poulet Katsu, curry, teriyaki, bento tempura…) sont “assemblés” par les équipiers en restauration rapide. Le poisson frais est tranché, préparé puis livré sous vide au restaurant depuis un “laboratoire” situé tout près du marché de Rungis, où Planet Sushi s’approvisionne. “Plus besoin de Chef dans la cuisine : on a éclaté tous les produits, et désormais, ils sont tout aussi assemblables que ceux de Pizza Hut et McDonald, note Siben N’Ser. Une fois “préparés sur site”, les plats sont placé sous une vitrine (chaude ou froide).
 

Interieur Resto
 

Une offre et un parcours client automatisés

Qu’en est-il du goût ? “Les produits sont tout aussi bons que s’ils avaient été conçus intégralement par un cuistot. Ils sont frais, préparés sur place puis mis en vitrine, et cela sans produits dégradants, car ils sont immédiatement mis en barquette et consommés dans les 24 heures, comme si vous étiez dans un vrai restaurant”, explique le PDG de Planet Sushi. Qui n’a pas peur d’affirmer “qu’aujourd’hui, on peut se vanter d’être le McDonald de la restauration japonaise”.

Désormais, tout est mécanisé, des équipements en cuisine (machines à sushis et friteuses automatiques), jusqu’aux soupes miso, qui sont disponibles via des distributeurs. “Plus de carte : tout est en libre-service, et les plats sont même 30 % moins chers que chez nos concurrents, moins de 10 euros en moyenne pour un repas complet, avec une qualité constante. Pour le consommateur, c’est une vraie promesse d’ultra-rapidité : vous prenez votre panier, vous choisissez dans les vitrines, vous payez, vous consommez et vous repartez à vitesse grand V, comme au supermarché”, décrit Siben N’Ser. À la place des serveurs actuels, des “vendeurs conseil” seront là pour orienter les clients, et pourront aussi passer en cuisine.

Planet Sushi a aussi pensé aux commandes sur internet : le client ayant réservé en ligne pourra se servir seul, en ouvrant un casier automatique grâce à son smartphone et un QR Code, et manger chez lui ou sur place. Les livreurs (Uber Eats, Deliveroo…) pourront en outre utiliser ce système pour retirer eux-mêmes des commandes.
 

_DSC8620
 

3 fois plus de franchisés d’ici 3 ans

“Nous pourrons ouvrir des restaurants de ce type partout dans le monde, sans avoir besoin de recruter des cuisiniers ultra qualifiés”, s’enthousiasme Siben N’Ser.

Outre le restaurant pilote de Puteaux, où “les retours sont très bons”, et qui servira aussi de “centre de formation” pour les franchisés, un second point de vente devrait adopter ce nouveau modèle en novembre, à Saint-Mandé (94). Planet Sushi ambitionne de transformer ses 60 restaurants actuels d’ici 3 ans, et de tripler son nombre de franchisés (41 actuellement) dans le même temps, notamment en s’implantant dans des gares, aéroports et centres commerciaux.

 
 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Plus d'informations sur ce réseau :


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires