Actualités Format WEB (43)

Biocoop pointé du doigt sur l’origine de ses avocats

, par Camille Boulate

D’après une information du Canard Enchaîné, publiée ce mercredi, les avocats vendus par le réseau de magasins Biocoop ne seraient pas issus de l’agriculture biologique.

 

C’est un document diffusé en interne, fin juin, lors du conseil d’administration de Biocoop, qui a semé le doute. Selon ce document confidentiel, consulté par Le Canard Enchaîné et révélé dans son édition du 10 juillet, l’origine des avocats affichée en magasin ne serait pas bonne, mettant fortement en doute la qualité bio de ces produits. Concrètement, une partie des avocats d’origine Espagne proviendrait en réalité d’Amérique du Sud. “Cet article est truffé de raccourcis et d’éléments présentés comme des faits alors qu’ils ne sont pas prouvés”, assure l’enseigne en réponse à la parution du journal satirique.

À LIRE AUSSI :

Nouvelle identité visuelle pour Biocoop 

 

D’éventuelle failles

Biocoop est en effet revenu sur les faits dans un communiqué précisant qu’un fournisseur a démarché l’enseigne pour alerter sur d’éventuelles failles dans les approvisionnements d’avocats. “Certains avocats d’origine Espagne viendraient en fait du Pérou. Il n’apporte aucune preuve de ses allégations mais le sujet est jugé suffisamment sérieux pour être soumis au conseil d’administration, d’autant plus que le dit fournisseur nous propose également ce qui apparaît comme une solution possible : créer une station de conditionnement sur place en association avec lui”, détaille ainsi le réseau. Une solution qui a d’ailleurs été présentée aux administrateurs mais qui n’a pas été retenue même s’il apparaissait comme économiquement viable. L’ensemble des partenaires Biocoop s’est en effet interrogé sur “la fiabilité du fournisseur qui se propose de s’associer avec nous pour monter cette station. En conséquence, Biocoop choisit de ne pas prendre le risque de s’engager dans une solution insuffisamment sûre”, insiste l’enseigne.

 

Transparence

Pour solutionner le problème, Biocoop affirme vouloir se rapprocher “des distributeurs pour mettre les point sur les ‘i’, exiger une totale transparence et une traçabilité efficiente”. Une option qui comporte “un bémol, indiqué en rouge dans le document”, selon Le Canard Enchaîné puisque cela a “déjà demandé à maintes reprises sans retours satisfaisants”. De son côté, Biocoop l’assure “des tests de traçabilité/faux bio ont été effectués et aucune malversation n’est apparue. Toutefois, après échange sur place avec des producteurs et sur la base de rumeurs persistantes et non de faits, il apparaît que deux producteurs n’apportent pas de garanties suffisantes”.  Face à ce constat, Biocoop décide, par principe de précaution, de les écarter de ses approvisionnements. Par ailleurs, l’enseigne précise que son cahier des charges “saisonnalité” interdit la commercialisation des avocats de juillet à octobre inclus. “C’est une garantie supplémentaire car c’est pendant cette période que la tentation de changement d’origine est importante […] Biocoop s’explique mal cette polémique”, concluent les dirigeants.

 

Camille Boulate

Camille Boulate


Plus d'informations sur ce réseau :

biocoop

BIOCOOP S.A

Premier réseau coopératif de magasins BIO et EQUITABLES en France

  • Apport :
    80000
  • Implantation :
    490

Voir la fiche enseigne


Sur le même thème