Actualités Flunch

En difficulté, Flunch fera appel à ses franchisés pour reprendre des restaurants

, par Nicolas Monier

Face à une baisse de son chiffre d’affaires de 57 %, la chaîne française de restauration en libre-service vient de solliciter l’ouverture d’une procédure de sauvegarde. La refonte du parc de restaurants devrait passer par un plan de transformation sur cinq ans.

Le secteur de la restauration paie le prix fort de la crise sanitaire et de la fermeture de ses établissements. “Après une baisse du chiffre d’affaires de près de 212 millions d’euros (- 57 %) en 2020 par rapport à 2019 du fait du Covid et des confinements successifs”, l’enseigne Flunch vient de solliciter l’ouverture d’une procédure de sauvegarde et de se placer sous la protection du tribunal de Commerce de Lille. Un plan de transformation, déjà engagé, baptisé “Cap à 5 ans” devrait se poursuivre.

Avec 161 restaurants en propre, l’enseigne devrait notamment faire appel à ses 66 franchisés pour reprendre d’éventuels établissements. Les collaborateurs de la marque pourront également se positionner sur la reprise de restaurants. Ainsi que d’éventuels repreneurs extérieurs à la marque. Cela reste d’ailleurs l’axe principal de sauvegarde. “Au total, un maximum de 1 300 postes devrait être concerné par ce projet avec la possibilité d’ouvrir un PSE, après consultation des représentants du personnel. Dans tous les cas, la priorité sera donnée à l’emploi, avec notamment des mesures de reclassement et de mobilité interne”, précise l’enseigne.

À LIRE AUSSI : Hôtellerie-restauration : la profession rassemblée pour demander plus d’aides

Parallèlement, Flunch devrait revoir complètement son positionnement pour le faire coller aux nouvelles attentes des consommateurs. Dépoussiérer une marque un peu vieillissante créée en 1971. Ce plan de transformation “passera par le développement de nouveaux concepts plus modulaires (kiosques à thèmes, Food hall…), proches des clients dans leurs nouveaux usages (vente à emporter, livraison…), avec comme toujours une priorité donnée aux produits locaux variés, accessibles et de qualité”, explique la chaîne. La marque mène d’ores et déjà une opérations pilote de test dans le restaurant de Noyelles-Godault (Pas-de-Calais). Suivront les établissements de Louvroil (Nord), Plaisir (Yvelines), Saint-Quentin (l’Aisne) et Saint-Omer (Pas-de-Calais) avant un déploiement plus général sur l’ensemble du territoire.

À LIRE AUSSI : Restauration : le Conseil d’État rejette la requête de l’UMIH

Avatar

Nicolas Monier


Sur le même thème