Actualités Le PDG de King Jouet Philippe Gueydon.

Le PDG de King Jouet Philippe Gueydon.

Philippe Gueydon (King Jouet) : “Il faut encourager la vaccination pour éviter une nouvelle fermeture à Noël”

, par Camille Boulate

Si les signaux sont au vert concernant la consommation des Français sur le marché du jouet, une inquiétude persiste du côté des acteurs du secteur. Ces derniers anticipent une possible reprise épidémique et de nouvelles restrictions sanitaires. À l’occasion d’une conférence de presse, Philippe Gueydon, PDG de l’enseigne King Jouet et président de la Fédération des commerces spécialistes des jouets et produits de l’enfant (FCJPE), est revenu sur les enjeux qui attendent le secteur.

Une année 2021 en demi-teinte. Voilà le premier constat des acteurs du jouet pour ces premiers mois de l’année. Le secteur, marqué par 6 semaines de fermeture en 2021, réalisait pourtant de belles progressions au premier trimestre. À fin mars, le marché affichait une hausse de 13 % comparé à 2019. “Mais nous nous sommes retrouvés confinés à nouveau, sans trop l’avoir anticipé”, admet Philippe Gueydon, PDG de l’enseigne King Jouet et président de la Fédération des commerces spécialistes des jouets et produits de l’enfant (FCJPE). Ce troisième confinement aura mis un nouveau coup d’arrêt sur le marché du jouet, avec une chute de 3 % constatée à fin mai (toujours comparé à 2019, année plus représentative de l’activité).

À LIRE AUSSI : King Jouet réalise désormais 10 % de son CA grâce au digital

Reprise positive

Toutefois, les chiffres semblent plutôt positifs depuis la reprise, actée mi-mai. Le secteur affiche ainsi une croissance, depuis le mois de janvier, de 2 % par rapport à 2019 et de 4 % par rapport à 2020. “Le marché du jouet est un secteur assez préservé, concède Philippe Gueydon. D’autres univers de la consommation subissent plus que nous l’impact des confinements, c’est certain.” L’un des constats tirés par le président de la FCJPE reste que le magasin physique n’est pas mort. Bien au contraire !

“Certes, sur ce début d’année, la consommation dans les boutiques a chuté de 10 % comparé à 2019, mais ce n’est pas si catastrophique si on prend en compte que nous avons été fermés pendant 6 semaines. Cela ne représente qu’une baisse de 2 % par rapport à l’année dernière”, détaille le PDG de King Jouet.

L’enseigne, affirme de son côté, afficher une progression de 16 % sur cette première partie de l’année, toujours par rapport à 2019. Le réseau continue d’ailleurs de se développer avec la concrétisation de 8 à 10 ouvertures prévues sur l’année, dont deux en centre-ville (Rennes et Bordeaux) qui devraient avoir lieu dans les prochaines semaines. “Nous restons convaincus que l’avenir du commerce c’est le magasin”, affirme Philippe Gueydon. Sans surprise, le online progresse lui aussi sur le marché du jouet avec une croissance de 65 % par rapport à 2019 et de 25 % par rapport à 2020. “Le digital représente 25 % de parts de marché depuis le début de l’année. Ce n’est pas rien mais il faut relativiser. Cela signifie que les 3/4 des achats sont réalisés en magasins”, s’enthousiasme Philippe Gueydon.

À LIRE AUSSI : King Jouet modernise son concept de périphérie

Quid de la fin d’année ?

Parmi les tendances de consommation, les Français ont, depuis le premier confinement, plébiscité les jouets ludo-éducatifs qui représentent désormais 2 % des ventes; en hausse de 9 % sur 2020, ainsi que les jeux de société (+10 % entre 2019 et 2020). Malgré ces bonnes performances, quelques incertitudes demeurent pour la fin d’année. Philippe Gueydon se dit “tiraillé entre les perspectives économiques qui sont bonnes au niveau européen et l’évolution de la crise sanitaire. Est-ce que l’on va vraiment être dans une période post-Covid ?”, s’interroge le PDG de King Jouet. Les acteurs du jouet voient en effet les prochains mois comme un véritable enjeu et ont peur que leurs magasin soient contraints d’à nouveau fermer leurs portes. “Nous ne pouvons pas faire grand-chose, déplore Philippe Gueydon. À part pousser à la vaccination pour éviter une nouvelle fermeture à Noël. Sans rentrer dans le débat, nous estimons que c’est la meilleure façon pour nos magasins, encore considérés comme non essentiels, de rester ouverts.” Et le PDG de King de Jouet de rappeler que, si le digital permet à l’enseigne de compenser les pertes de chiffres d’affaires, ce canal ne permet pas d’être rentable. Autres incertitudes : les difficultés d’approvisionnement et l’inflation des prix des jouets au niveau mondial.

“Clairement, c’est une interrogation pour la fin d’année. Les indicateurs côté consommation sont bons. Mais il est probable que nous ayons une inflation des prix d’en moyenne 2 à 3 %, due à la surenchère sur les matières premières et notamment le plastique. Les fournisseurs subissent de front cette hausse. Côté approvisionnement, les prix des containers ont flambé et malheureusement une bonne partie des jouets sont encore fabriqués en Asie. Le risque d’une pénurie sur certaines références est donc plus fort que les autres années”, insiste Philippe Gueydon.

Article réalisé avec Nicolas Monier.

Camille Boulate

Camille Boulate


Plus d'informations sur ce réseau :

king jouet

KING JOUET

King jouet, 1er acteur de vente de jouets sur le web . Le groupe King Jouet a bâti son expérience avec des commerçants indépendants depuis les années 50 via son métier de grossiste de jeux et  jouets et par des ouvertures en propre dés les années 90.

  • Apport :
    50000
  • Implantation :
    252

Voir la fiche enseigne


Sur le même thème